/news/law

Appel aux dons pour le jeune homme accusé d’avoir tué un pédophile

TVA Nouvelles

Bien qu’il fasse face à la plus grave accusation du Code criminel, le jeune homme soupçonné d’avoir tué un pédophile, à Québec, peut désormais compter sur une campagne de sociofinancement pour «soutenir [sa] cause».

Une page intitulée «Soutien à Yan Dugas – Officiel» a été créée le 4 novembre sur le site Go Fund Me, soit deux jours à peine après la mise en accusation du jeune homme de 18 ans. L’auteure de la campagne de sociofinancement, Marcha Girardin, a fixé l’objectif à 25 000$ «dans le but de soutenir la cause et la défense» du jeune homme, peut-on lire.

Or, bien que la page eut été partagée plusieurs dizaines de fois depuis sa création, seulement huit personnes ont contribué jusqu’à maintenant pour un total de 150$. Certains commentaires qu’on y trouve sont toutefois troublants.

«Merci! Une grosse merde de moin [sic] sur cette planète. Il ne fera plus de mal à personne. J’espère que les choses vont bien aller pour toi», a entre autres écrit Bianca Trudel, qui a donné 20$.

 

«Ce n’est pas tout de critiquer assis dans son salon ou caché derrière un écran d’ordinateur, il faut poser des gestes aussi. Toi, tu en as posé un. Et répréhensible ou pas eux aux yeux de la loi, moi, je t’appui [sic] à 100%», a pour sa part commenté Danny-Philippe Desgagné, en plus de donner 10$.

Se faire justice: une affaire «problématique»

Comme cet appel au sociofinancement cautionne du même coup un acte criminel et que certaines personnes semblent en faveur du fait de se faire justice soi-même, l’avocat François-David Bernier ne voit pas cette démarche d’un bon œil.

«C’est très délicat! Imaginez un système où les gens se font justice et, là, ça ramène le débat qu’on voulait savoir où habitent les pédophiles pour protéger [nos enfants], mais c’est problématique. Si les gens se font justice, c’est sûr que je ne suis pas d’accord avec ça.»

Mathias Breton, condamné dans le passé pour des crimes sexuels sur des mineurs, a été grièvement blessé dans sa résidence du secteur Limoilou, le 7 octobre. L’homme de 73ans a par la suite succombé à ses blessures.

L’auteure de la campagne de sociofinancement n’a pas répondu à la demande d’entrevue de TVA Nouvelles. Quant à l’avocat de Yan Dugas, il a refusé de commenter l’affaire.

Dans la même catégorie