/news/politics

Le Canada confiant de pouvoir conserver un accord de libre-échange avec les États-Unis

Agence France-Presse 

Le Canada est assuré de conserver un précédent accord de libre-échange conclu avec les États-Unis en 1989, même si le président élu Donald Trump dénonçait l'Accord de libre-échange nord-américain (ALENA) liant les deux pays et le Mexique, a estimé mercredi l'ambassadeur canadien aux États-Unis.

«Lorsque l'ALÉNA est entré en vigueur, l'ALÉ (l'Accord de libre-échange canado-américain, ndlr) a été suspendu» de fait, a rappelé l'ambassadeur canadien David MacNaughton lors d'un point de presse à Montréal.

«On peut donc présumer que (...) si l'ALÉNA disparaissait, l'ALÉ reviendrait et serait en vigueur», a-t-il dit en marge d'un discours au Conseil des relations internationales de Montréal (CORIM).

«Mais il est dans notre intérêt que l'ALÉNA continue d'exister», parce que nous en avons tiré profit au même titre que nos partenaires.

«J'espère que la nouvelle administration va se rendre compte que (les États-Unis) en ont aussi tiré profit» et tout peut être amélioré dans un accord, a-t-il ajouté.

«Le mot commerce est devenu sale aux États-Unis», a-t-il poursuivi, à tel point que même la relation entre le Canada et les États-Unis, «si profonde» soit-elle, n'est plus «immune aux relents protectionnistes».

Depuis l'entrée en vigueur de l'ALÉNA en 1994, selon lui, le commerce a été multiplié par quatre en Amérique du Nord, 9 millions d'emplois aux États-Unis dépendent des échanges avec le Canada, premier partenaire commercial de 36 États américains.

Pendant sa campagne, M. Trump avait évoqué l'abrogation de l'ALÉNA, accusé d'avoir précipité les délocalisations d'emplois et la désindustrialisation.

Mais depuis sa victoire le président élu souhaite avant tout renégocier l'ALÉNA, ce que le Canada et le Mexique sont aussi prêts à faire pour l'améliorer.

Commentant l'élection de Donald Trump, l'ambassadeur a souligné que le Canada et les États-Unis ont «une excellente relation» et s'est dit convaincu que «cela ne changera pas».

«Je ne dis pas qu'il n'y aura pas de désaccords, c'est clair qu'il y en aura. Et il y aura d'âpres discussions dans certains domaines», a-t-il dit.

Dans la même catégorie