/news/currentevents

EXCLUSIF | Pas de trousse médico-légale pour Alice Paquet

TVA Nouvelles

Alice Paquet, qui soutient avoir été violée par le député Gerry Sklavounos, n’aurait jamais eu une trousse médico-légale, a appris TVA Nouvelles.

En octobre dernier, lors d’un rassemblement à l’Université Laval, Alice Paquet a déclaré qu’il y avait une «trousse médico-légale qui n’avait pas abouti».

Selon nos sources, il n’y a pas eu de trousse médico-légale sur la présumée victime.

La trousse médico-légale est un examen effectué par un professionnel de la santé à l’hôpital afin de faire des prélèvements - sperme, salive, sang, fluides corporels, cheveux, poils pubiens, etc., sur le corps et les vêtements de la victime - dans l’éventualité où celle-ci souhaite porter plainte à la police. Ces éléments collectés permettent d’établir un profil génétique de l’agresseur.

L’utilisation de cette trousse n’est toutefois pas obligatoire dans un cas de viol, puisqu’elle doit être utilisée dans un délai de cinq jours. Par exemple, une femme peut rapporter le crime seulement un mois après qu’il ait été commis. Cet outil ne devient donc plus utile dans cette situation.

Poursuite de l’enquête

Par ailleurs les enquêteurs de la police de Québec auraient visité la chambre de l’Auberge Louis-Hébert, situé sur la Grande-Allée à Québec, où aurait eu lieu la présumée agression, pour compléter la collecte d’informations, a également rapporté TVA Nouvelles. Ainsi, ils pourront poser des questions aux gens impliqués et voir si les versions concordent.

En octobre dernier, Alice Paquet avait témoigné de son cas personnel lors d’une vigile en support aux victimes de la vague d’agressions et d’entrées par effraction survenues à l’université Laval.

Alice Paquet allègue avoir été violée par le député libéral, Gerry Sklavounos, à l’été 2014 dans la chambre de l’hôtel où il logeait à Québec quand il siégeait à l’Assemblée nationale. Elle a porté plainte au Service de police de la Ville de Québec (SPVQ) en mars 2016.

La jeune femme était hôtesse à l’auberge-restaurant Le Louis-Hébert à Québec où le député était un habitué du restaurant et occupait une chambre quand il siégeait à l’Assemblée nationale.

Rappelons que M. Sklavounos ne fait face à aucune accusation pour l’instant, bien qu'il ait été exclu du caucus libéral.

Dans la même catégorie