/regional/montreal/montreal

Ils feront du vélo cet hiver

Marie Christine Trottier

 - Agence QMI

MARIE-CHRISTINE TROTTIER/AGENCE QMI

Plusieurs Montréalais se convertiront au vélo cet hiver, plus fiable et plus agréable que le transport en commun, selon eux.

«Je ne veux compter que sur moi, et pas sur les horaires d'autobus et de métro, qui peuvent être aléatoires», lance Ola Pilatowski, qui participait dimanche à un atelier d'initiation au cyclisme quatre-saisons à l'Espace La Fontaine.

Les raisons des participants d’opter pour le vélo d’hiver sont diverses: certains ne veulent plus être coincés comme des sardines dans les bus, d’autres ont trop chaud dans le métro. D'autres souhaitent garder la forme et poser un geste pour l’environnement.

«Je vais être moins déprimée [de faire du vélo] que de descendre prendre le métro», croit Stéphanie Boivin, qui espère combattre le blues de l'hiver.

«Le tarif des transports est élevé. Puis se rendre à l'intérieur du métro, quand on est super habillés, il fait très chaud», ajoute-t-elle.

Accessible et diversifié

Préparation mécanique de son vélo, façons de se vêtir adéquatement pour toutes les conditions météorologiques et circulation en toute sécurité: voici quelques sujets abordés lors des ateliers.

«On voulait montrer que le vélo d'hiver, c'est accessible et que ce n'est pas difficile. Les questions que les gens nous posent, c'est souvent des petits détails», explique Gabrielle Anctil, une des coformatrices.

«Il n'y a pas une seule méthode valable», ajoute Laurent Deslauriers, un autre coformateur.

Prendre sa place dans la rue

Étienne Poulin, un des participants, a hâte de voir la façon dont il sera perçu, en tant que cycliste d'hiver, par les automobilistes.

«En été, on doit rouler à droite le plus possible, mais en hiver ce ne sera pas toujours si facile quand il a neigé. Il va falloir prendre notre place.»

Selon le rapport 2015 de Vélo Québec, plus de 180 000 cyclistes roulent de décembre à mars. Environ 100 000 bravent d’ailleurs le froid de janvier et février.

Des chiffres, qui, espèrent les formateurs de l'atelier, permettront d’augmenter le nombre de pistes cyclables déneigées à Montréal.

Pendant l’hiver 2015-2016, près de 400 km de pistes cyclables étaient déneigés. Les nouvelles voies déneigées devraient être dévoilées dans les prochaines semaines.

«On n'est pas une gang de malades [...] on est égaux à ceux qui prennent le transport en commun et ceux qui roulent en voitures», de conclure Gabrielle Anctil.

Dans la même catégorie