/news/currentevents

Disparue depuis 35 ans, on la croit toujours en vie

Le réseau Enfants-retour y va d’une nouvelle offensive dans le but de retrouver une femme disparue il y a maintenant 35 ans, mais qui pourrait toujours être en vie.

Miriam Kniaz est disparue le 15 novembre 1981 à Ste-Foy, près de Québec, alors qu’elle avait seulement 16 ans.

«Ses parents étaient en instance de divorce. Elle était extrêmement dépressive, donc elle a été hospitalisée pour quelques mois. Pendant ce temps, elle devait réfléchir et choisir avec quel parent elle irait vivre une fois qu’elle sortirait de l’hôpital», raconte Pina Arcamone, directrice générale d’Enfants-retour Québec.

À la suite de son hospitalisation, l’adolescente d’origine tchèque aurait demandé à ses parents de passer quelques semaines en centre jeunesse le temps de bien se remettre et de prendre certaines décisions quant à son avenir.

«Quelques jours avant de partir, elle a dit à ses moniteurs qu’elle allait prendre l’air, mais elle n’est jamais retournée au centre», ajoute Mme Arcamone, précisant que Miriam Kniaz a même pris le temps de donner à sa mère des cadeaux de Noël avant de disparaître.

L’adolescente qui aurait aujourd’hui une cinquantaine d’années aurait par la suite été aperçue dans la région de Québec alors qu’elle évoquait une possible fuite dans l’ouest du pays.

En 1990, certaines informations ont permis de croire que Miriam Kniaz se trouvait ou au Kansas ou au Missouri, mais rien n’a abouti.

«On n’a rien de nouveau. Au début des années 2000, on a même fait des recherches aux États-Unis parce qu’elle avait parlé de partir aux États-Unis où elle avait de la famille. On a retrouvé une Miriam Kniaz qui avait le même âge, mais [ce n’était pas la bonne]», ajoute la directrice générale d’Enfants-retour Québec.

Malheureusement, le père de Miriam Kniaz est mort en 2007 et sa mère a connu le même sort quelques années plus tard. Les parents n’ont donc jamais su ce qu’il est advenu de leur fille.

«Il n’y a personne qui cherche Miriam à part Enfants-retour. On s’était engagé auprès de ses parents à la retrouver, donc on veut tout faire pour garder l’espoir en vie. On aimerait pouvoir clore ce dossier de disparition», conclut Pina Arcamone, qui demande à la population de partager le plus possible la photo vieillie de Miriam.