/finance/homepage

Croissance revue à la baisse au Mexique après Trump

La Banque centrale mexicaine a annoncé mercredi revoir à la baisse, de 0,5%, sa prévision de croissance pour 2017 en raison de l'arrivée de Donald Trump à la présidence des États-Unis.

Contrairement au gouvernement qui a décidé de maintenir ses prévisions de croissance pour 2016 et 2017, la Banque centrale a affirmé elle anticiper une croissance comprise entre 1,5% et 2,5% pour 2017 (contre 2% et 3% précédemment), et une fourchette de 1,8% à 2,3% en 2016 (contre 1,7% à 2,5% précédemment).

«Le résultat du processus électoral aux États-Unis a augmenté le risque de mise en place de politiques qui entravent le commerce extérieur et les investissements dans notre pays», explique la banque dans le communiqué.

Les marchés ont fait preuve de nervosité après l'annonce du magnat new-yorkais de renégocier le traité de libre-échange (Alena) regroupant les États-Unis, le Canada et le Mexique et menacer d'augmenter les droits de douane.

Elle estime que le Mexique fait face à un contexte «compliqué» marqué par la volatilité des marchés financiers et la forte dépréciation du peso mexicain qui a dépassé la barre des 20 pesos pour un dollar après l'élection de Trump.

La semaine dernière, la banque a relevé de 50 points de base à 5,25% son taux directeur pour contrer les pressions inflationnistes.

Peu avant la publication du rapport trimestriel de la banque centrale, la ministre adjointe des Finances, Vanessa Rubio, avait annoncé que le gouvernement mexicain maintenait ses prévisions pour les deux prochaines années, avec une croissance attendue comprise en 2% et 2,6% pour 2016 et entre 2% et 3% pour 2017.

Dans la même catégorie