/finance/homepage

Les milléniaux «déconsomment», les plus vieux recyclent

Recyclage informatique / 9 dŽcembre 2010

Joël Lemay/24 Heures/Agence QMI

Les jeunes et les vieux Québécois sont les plus écoresponsables lorsque vient le temps de consommer, indique le dernier Baromètre de la consommation responsable au Québec, réalisé auprès d’un millier de Québécois.

La consommation responsable, qui se décline dans les achats locaux, l’économie de partage, le transport durable, le recyclage, le compostage, le souci du bien-être animal ou simplement, la diminution de ses achats (la déconsommation), s’implante lentement, mais sûrement: l’Indice du Baromètre a progressé de 2,1 points depuis 2010.

Ainsi, plus du cinquième (21,4%) des Québécois a un indice de consommation responsable supérieur à 80%, contre 15,7% en 2014.

Les jeunes champions pour la première fois

Les générations «opposées» sont les plus responsables, note Fabien Durif, directeur de l’Observatoire de la consommation responsable (OCR) de l’ESG UQAM, qui produit le Baromètre.

Les 18-24 ans occupent la première place avec un Indice de 67,6 points, suivi des 65 ans et plus (66,7 points). Ce phénomène «d’extrême» s’observe également au niveau des revenus, dit Fabien Durif, «puisque ce sont les citoyens les plus nantis et les moins nantis qui pratiquent le plus la consommation responsable».

Cette première position des jeunes est une première depuis que le Baromètre les sonde. Contrairement aux croyances, ils ont toujours été les moins écoresponsables.

Est-ce un changement durable? se questionne Fabien Durif. Ou la conjoncture économique les a poussés à moins consommer? Toujours est-il qu’ils sont ceux qui ont le plus réduit leurs achats, optés pour la consommation collaborative ou les achats de seconde main, et aussi, le transport durable.

«Les comportements peuvent être subis par les individus, étant donné leur situation financière et professionnelle. Mais une fois ces changements opérés, les habitudes demeurent», a souligné. Fabien Durif, curieux d’étudier cette évolution au cours des prochaines éditions du Baromètre.

L’achat local a le vent dans les voiles

Le recyclage demeure l’habitude écoresponsable la plus répandue, surtout chez les plus de 65 ans, grand champion dans ce domaine. Les plus âgés sont aussi ceux qui consomment le plus localement.

L’achat local est d’ailleurs très populaire, surtout à l’épicerie. Près des deux tiers des répondants mentionnent que le lieu de fabrication constitue un critère très important lors de l’achat de produits alimentaires.

Le logo Aliments du Québec semble avoir un fort impact sur le choix des consommateurs, note l’Observatoire. Plus de la moitié des répondants assurent consacrer au moins le tiers de leur budget alimentaire aux produits locaux pour des raisons de plaisir pur ou environnementales.

Voitures et maisons: les bonnes intentions ne suffisent pas

Le nombre de propriétaires de véhicules écologiques progresse: 3,4% en possèdent un, contre 1,7% en 2015. Mais davantage l’envisage lors de l’achat d’un prochain véhicule : 39,1%, contre 28,1% en 2014.

Les maisons écologiques sont encore peu répandues: 3,7% seulement des répondants en habitent une, même si le tiers l’envisagent pour leur prochaine habitation. Mais si les gens sont intéressés par les caractéristiques écologiques d’une habitation, elles ne sont pas déterminantes à leurs yeux: le prix, l’état de la propriété, l’emplacement, la proximité des services ou le montant des taxes priment.

«D’une manière générale, a dit Fabien Durif, si le produit ou le service ne possède pas toutes les qualités recherchées par le consommateur, l’argument écologique ne suffit pas. L’habitation le démontre bien.»

Les marques les plus responsables

Le phénomène de la consommation collaborative n’est pas éphémère: Uber et Airbnb continuent de progresser très significativement, selon le Baromètre.

Par ailleurs, année après année, depuis 2011, Cascades reste, de loin, à la fois la marque et l’entreprise perçue comme la plus responsable par les citoyens. Il y a de nouveaux venus dans le secteur alimentaire qui se démarquent cette année: Kraft (2e marque la plus responsable et 3e entreprise la plus responsable), Métro (2e entreprise la plus responsable), IGA (3e entreprise la plus responsable) et Choix du Président (4e marque la plus responsable).

Mais 63,9% des répondants se disent très confus face aux allégations environnementales des produits verts, plus du tiers sont très sceptiques face à ces produits, et près de la moitié y voient une forme d’écoblanchiment.

«Il y a encore une grande incompréhension», a souligné Fabien Durif.