/news/culture

Le lieu de fondation de Montréal sera accessible aux visiteurs

Yan Lauzon | Agence QMI

Martin Alarie / Agence QMI

L’an prochain, 375 ans jour pour jour, le lieu exact où a été fondé Montréal sera ouvert aux visiteurs.

Le 17 mai 2017, grâce à la Fondation Pointe-à-Callière, on inaugurera le fort Ville-Marie, l’endroit même où les pionniers se sont mis à l’œuvre en 1642.

La Ville de Montréal a octroyé 30 millions $ pour que le projet de prenne vie, sur la place d’Youville, en face du fleuve Saint-Laurent. De l’aveu du maire Denis Coderre, il s’agit de «mettre l’accent sur le patrimoine (et) découvrir nos origines» pour le 375e anniversaire de la métropole.

«C’est un investissement qui va favoriser l’apprentissage des connaissances sur notre histoire et sur nos racines, a-t-il affirmé jeudi lors d’une conférence de presse. On juge une maison à son solage; si on n’est pas capables de se rappeler nos origines, nos racines, si on ne les respecte pas, la maison peut tomber au moindre grand vent.»

Un symbole

Outre cette importante somme, plusieurs partenaires, dont Québecor qui a offert 1,125 million $, ont contribué à l’initiative comprenant un nouveau pavillon qui mettra en vedette les vestiges du fort et rendra hommage à Paul de Chomedey de Maisonneuve et Jeanne Mance, entre autres.

«Nous avons avec Pointe-à-Callière une passion commune pour le rayonnement et l'accessibilité de la culture québécoise. C'est donc un grand honneur de contribuer à préserver la mémoire culturelle et historique de Montréal et de ses bâtisseurs (...) et nous sommes fiers d'y participer activement», a souligné J. Serge Sasseville, vice-président principal, Affaires corporatives et institutionnelles de Québecor.

Denis Coderre a abondé dans le même sens. «On est très fiers d’annoncer qu’on va pouvoir reproduire le fort Ville-Marie. Ce n’est pas rien; c’est une ville qui se retrouve, qui sait exactement où ç’a commencé.»

À l’époque, la superficie du lieu était d’environ 2500 mètres carrés, avait une forme rectangulaire et pouvait compter sur quatre bastions en pieux.

Après 13 ans de recherches menées par l’École de fouilles archéologiques de Pointe-à-Callière en partenariat avec l’Université de Montréal, l’histoire refera donc surface.

En outre, le premier égout collecteur en Amérique du Nord sera aménagé et, lui aussi, accessible aux visiteurs. Une reconstitution d’une grande envergure qui sera prête à temps, a-t-on assuré.

«Le 17 mai 2017, malgré la complexité des travaux réalisés, nous serons heureux d’entrer dans le fort de Ville-Marie pour rendre hommage à nos fondateurs», a indiqué Andrew Molson, président du conseil d’administration du musée Pointe-à-Callière.

Dans la même catégorie