/finance

Les Québécois croient devoir travailler après la retraite

Martine Turenne | Argent

La génération X vieillit et la réalité la rattrape: les deux tiers des Québécois (64 %) âgés de 35 à 54 ans affirment qu’ils n’épargnent pas assez pour la retraite.

Par conséquent, quatre Québécois de la génération X sur dix pensent qu’ils ne seront pas prêts à prendre leur retraite à temps et pire, un sur cinq croit qu’il travaillera d’une façon ou d’une autre à la retraite. Autant affirme que le manque de préparation pour la retraite peut l’empêcher de dormir.

C’est ce qui ressort d’un récent sondage de la TD, mené par Léger Web auprès de 623 Canadiens âgés de 35 à 54 ans, soit cette génération appelée X.

«Les gens ont du mal à épargner pour la retraite pour différentes raisons, mais il n’est jamais trop tard pour s’y mettre», dit Émile Khayat, directeur de succursale, TD Canada Trust.

Pour la génération X, les exigences financières courantes comme les frais de subsistance, les paiements hypothécaires ou le loyer ainsi que les frais de garde d’enfants représentent le principal obstacle pour prendre sa retraite à temps (48 %), suivies par les dettes existantes (38 %) et une mauvaise compréhension des options d’épargne et de placement (5 %).

Émile Khayat conseille aux X de suivre minutieusement leurs dépenses afin de mieux contrôler leurs finances. «Regardez où va votre argent et déterminez comment vous pouvez libérer des fonds pour rembourser vos dettes. Vous pouvez vendre des choses que vous n’utilisez plus ou dont vous n’avez plus besoin, puis utilisez l’argent ainsi gagné pour rembourser vos dettes.»

Selon le sondage, la majorité des Québécois de la génération X qui épargnent déjà pour leur avenir (62 %) comptent sur leur REER pour financer leur retraite.

Et plus des trois quarts conseilleraient à la génération suivante d’être plus prévoyante qu’eux et de commencer à épargner plus tôt...