/news/world

L'Histoire «jugera l'impact énorme» de Fidel Castro

Agence France-Presse 

«L'Histoire jugera de l'impact énorme» qu'a représenté le père de la Révolution cubaine Fidel Castro, décédé vendredi soir, a réagi le président des États-Unis Barack Obama dans un communiqué exprimant son «amitié au peuple cubain».

M. Obama, co-architecte avec le président cubain et frère de Fidel, Raul Castro, du rapprochement historique et du rétablissement des relations diplomatiques entre les deux anciens ennemis de la Guerre froide, a souligné que son administration avait «travaillé dur» pour tourner la page de plus d'un demi-siècle de «discorde et de profonds désaccords politiques».

Après la mort du «Lider Maximo» à l'âge de 90 ans, «l'Histoire sera comptable et jugera de l'impact énorme de cette figure singulière sur le peuple et le monde qui l'entourent», a souligné le président Obama, qui quittera la Maison-Blanche le 20 janvier 2017 après avoir amorcé le 17 décembre 2014 un rapprochement sans précédent entre Washington et La Havane.

Les deux États avaient rouvert leurs ambassades à l'été 2015.

«Avec le décès de Fidel Castro, nous tendons la main de l'amitié au peuple cubain», a écrit M. Obama dans communiqué de la Maison-Blanche.

Le président des États-Unis a reconnu que «durant près de six décennies, la relation entre les États-Unis et Cuba avait été marquée par la discorde et de profonds désaccords politiques».

Pour autant, «sous ma présidence, nous avons travaillé dur pour aller de l'avant et bâtir un avenir dans lequel la relation entre nos deux pays ne soit pas définie par nos différences, mais par tout ce que nous partageons en tant que voisins et amis», a souligné le président Obama en saluant le rôle joué par la communauté cubaine exilée depuis plus d'un demi-siècle aux États-Unis.

«Le peuple cubain doit savoir qu'il a un ami et partenaire aux États-Unis», a conclu le locataire de la Maison-Blanche qui avait effectué en mars 2016 une visite historique à Cuba.

Dans la même catégorie