/news/currentevents

Des militants de Greenpeace s’enchaînent au Port de Montréal

Agence QMI et TVA Nouvelles 

Sept militants de Greenpeace opposés aux projets de pipeline ont été arrêtés lundi à Montréal, après un coup d’éclat perpétré sur le site du terminal pétrolier de la Ligne 9b d’Enbridge, dans le Port de Montréal.

Ils seront accusés de méfaits, d’entrave et d’introduction par effraction, a précisé la police de Montréal.

Munis d’une bannière où il était inscrit «Stop Pipelines: Protégeons l’eau et le climat», des militants ont agi dans la foulée de l’approbation des pipelines de Kinder Morgan et de la Ligne 3 d’Enbridge par le gouvernement Trudeau la semaine dernière. Ils étaient également présents au lendemain de la victoire des militants qui ont réussi à empêcher la construction de l’oléoduc Dakota Access aux États-Unis.

«Le premier ministre Trudeau et les premiers ministres des provinces n’ont eu qu’un avant-goût de ce qu’il y aura comme opposition à travers le pays, de la part des Premières Nations, des communautés et des environnementalistes, s’ils veulent construire les pipelines de Kinder Morgan et d’Enbridge» , a mentionné Patrick Bonin, responsable de la campagne Climat-Énergie, dans un communiqué.

Vers 6 h du matin lundi, les militants de l’organisation Greenpeace sont entrés dans le terminal portuaire. Ils ont visé les tours de chargement de pétrole. Trois manifestants ont grimpé sur les tuyaux de chargement et deux autres se sont enchaînés au bas des tours, a expliqué Greenpeace dans son communiqué. Deux autres membres avaient décidé de s’attacher à la grille donnant accès au site.

«Nos activistes ont agi de manière sécuritaire durant toute cette action, ce qui contraste totalement avec nos gouvernements qui ne cessent d’approuver des projets de pipelines de sables bitumineux qui menacent le climat et l’eau potable, en plus de bafouer les droits des Premières Nations», a affirmé M. Bonin.

L’organisme accuse le gouvernement Trudeau d’avoir «laissé tomber la protection du climat et de l’eau» en approuvant les projets de pipeline Trans Mountain et Canalisation 3, qui permettront d’exporter davantage de pétrole albertain.

Plus localement, les écologistes dénoncent aussi l’inversion du flux de pétrole dans le pipeline 9B d’Enbridge, qui achemine désormais de l’or noir depuis Sarnia, en Ontario, vers Montréal.

Depuis son inversion en 2015, le pipeline 9B a dû être réparé à plus d’une soixantaine de reprises, amenant certains experts à douter de son état.

Les sept arrestations ont été effectuées sur place, jusqu’en milieu d’après-midi, lorsque la police a pu terminer de détacher les manifestants.

Outre les militants qui se sont présentés sur le site terrestre, sept kayakistes de Greenpeace ont pagayé sur le fleuve en soutien aux activités qui effectuaient leurs gestes de contestation. Ces manifestants n’ont pas été arrêtés.