/news/law

Poursuite de 350 000$ du chroniqueur Richard Martineau

Agence QMI

Sébastien St-Jean / Agence QMI

Estimant qu’un texte satirique publié sur le média indépendant Ricochet a porté atteinte à sa réputation et que les propos reproduits étaient graves et violents, le chroniqueur Richard Martineau a intenté une poursuite de 350 000$ en diffamation.

Le texte de la poursuite indique que Richard Martineau et Marc-André Cyr, l’auteur du texte «Notice nécrologique : Richard Martineau (1961-2016)», ont eu plusieurs différends d’opinions dans le passé.

Dans le document juridique, M. Martineau, qui est chroniqueur au «Journal de Montréal», dit avoir laissé passer certaines injures à maintes reprises, mais que le texte publié le 19 février dernier était «sans commune mesure avec (les) offensives précédentes».

Cette chronique de Marc-André Cyr, un chargé de cours à l’Université du Québec à Montréal, s’accompagne de caricatures signées Alexandre Fatta. Les dessins montrent notamment un chien qui urine sur la tombe de Richard Martineau.

«La Notice nécrologique est rédigée de manière à faire croire que le demandeur est décédé, et consiste en une revue dégradante, calomnieuse et méprisante de la carrière de ce dernier», écrit-on dans la poursuite. On ajoute que la publication a «causé un stress et des inconvénients dont les effets se manifestent encore à ce jour».

La teneur des propos a fait en sorte que M. Martineau en serait venu à craindre pour sa sécurité et que les attaques personnelles formulées sont semblables à de l’intimidation.

Ricochet, qui a publié le texte original et les dessins, l’auteur du texte, Marc-André Cyr et l’illustrateur, Alexandre Fatta se voient solidairement réclamer 100 000 $ en dommages exemplaires pour leur intention de nuire et 250 000 $ pour atteinte à la réputation.

Afin de couvrir les frais juridiques que représente cette poursuite, le média indépendant a lancé une campagne de sociofinancement dont l’objectif a été fixé à 50 000 $.