/news/society

Raser son entrejambe augmenterait les risques d’ITS

TVA Nouvelles

Selon une nouvelle étude publiée dans le «Sexually transmited Infections Journal», le rasage des poils pubiens augmenterait les risques de contracter des infections transmissibles sexuellement.

On y dévoile que les individus qui rasent leur entrejambe auraient 80% de chances d’en contracter que ceux qui choisissent de rester «au naturel».

7850 Américains ont été sondés pour connaître leurs habitudes de rasage.

Il a aussi été découvert que les gens classifiés comme «raseurs extrêmes», c'est-à-dire qui rasent tous leurs poils pubiens plus de onze fois par année et les «raseurs à haute fréquence», ceux qui taillent leurs poils quotidiennement ou hebdomadairement, étaient plus à risque.

Les auteurs de l’étude ont avancé plusieurs hypothèses, dont celle que le rasage causerait de «microdéchirures» qui favoriseraient les infections.

Ils avancent aussi que ceux qui se rasent plus souvent pourraient tout simplement être plus susceptibles de s’adonner à des activités sexuelles «risquées».

L’étude a aussi montré que l’outil le plus fréquent pour le rasage chez les hommes était le rasoir électrique, alors qu’il s’agit du rasoir manuel chez les femmes. Le cinquième des hommes et femmes utilisaient quant à eux des ciseaux.

Les chercheurs croient aussi que les médecins devraient inciter les gens qui ont ces pratiques d’en diminuer la fréquence ou d’avoir moins de relations sexuelles en attendant que la peau ne guérisse après un rasage.

Seul avantage selon l’étude? Le tout réduirait tout de même le risque d’attraper des morpions.

Dans la même catégorie