/regional/montreal/lanaudiere

Les travaux du nouvel aéroport de Mascouche arrêtés par ordre de la Cour supérieure

Les travaux de déboisement qui étaient en cours à Mascouche pour l’aménagement d’un aéroport sont arrêtés jusqu’à nouvel ordre. La Cour supérieure a accordé une injonction pour au moins 10 jours à la demande de la Ville.

Neuf hectares de forêt sur 18 ont déjà été rasés.

«Je pense que c'est insensé de déboiser sauvagement de cette façon pour mettre un aéroport. On n'est plus dans les années 1950. On est rendus en 2016 aujourd'hui», fulmine Guillaume Tremblay, maire de Mascouche.

Les promoteurs soutiennent qu'ils ont le droit d’opérer ainsi puisque le mois dernier, Transports Canada et le ministre fédéral des Transports Marc Garneau ont autorisé la construction du nouvel aéroport. Toutefois, le ministre stipulait que les promoteurs auraient tout avantage à s'entendre avec les autorités locales.

«On a attendu longtemps pour la décision du ministre. On est sous une juridiction fédérale. Alors, c'est ce qu'on va exprimer lors de la prochaine étape», clame Yvan Albert, président de la corporation de l’aéroport de Mascouche.

«Ce que je demande aujourd'hui au ministre Garneau, c'est bien sûr de revenir sur sa décision. C'est un non-sens en 2017 de mettre un aéroport à cet endroit-là. On parle d'une loi qui date de Matusalem», rétorque le maire.

D'après un reportage de Maxime Landry.

Dans la même catégorie