/news/politics

Couillard n’est pas inquiet des climatosceptiques

Charles Lecavalier | Agence QMI

Philippe Couillard ne s’inquiète pas outre mesure de l’arrivée des climatosceptiques à la Maison-Blanche.

«De voir des gens qui sont connus comme climatosceptiques en place est de nature à nous inquiéter, mais ça ne changera rien et ça ne changera rien aux États-Unis», a lancé le premier ministre lundi en marge du forum «Artic Circle», qui se tient à Québec en ce moment. Il a cité en exemple la Californie, qui n’a pas du tout l’intention de modifier ses politiques environnementales strictes.

Plus tôt en matinée, il a affirmé que si des climatosceptiques séjournaient une semaine dans le Nord québécois, ils seraient rapidement convaincus des effets du réchauffement climatique.

M. Couillard a précisé qu’il n’a «pas peur» de l’élection de Donald Trump. Le «Washington Post» rapportait lundi matin que M. Trump estime que «personne ne sait vraiment si le réchauffement climatique est réel» et qu’il songe à se retirer de l’accord de Paris sur le climat. «La communauté internationale est préoccupée par les orientations qui semblent se dessiner, mais rien n’est confirmé. Il faudra attendre les actions concrètes», a-t-il lancé.

«Il y a un ensemble de personnes qui continuent de lutter contre les changements climatiques aux États-Unis», a-t-il ajouté.

M. Couillard croit d’ailleurs que les intérêts de M. Trump pour les énergies fossiles comme le charbon et les hydrocarbures ne sont pas incompatibles avec les énergies vertes. «Je n’ai pas compris qu’il n’irait pas de l’avant aussi avec les énergies vertes. L’un et l’autre ne sont pas irréconciliables: attendons les premiers discours après l’assermentation pour bien comprendre les orientations», a-t-il dit. Pour l’instant, ce ne sont que «des perches, des ballons, des hypothèses».

Le président désigné Donald Trump a annoncé la semaine dernière que Scott Pruitt, un proche de l’industrie des énergies fossiles, dirigera l’Agence fédérale de protection de l’environnement des États-Unis (EPA). Sous l'impulsion de M. Pruitt comme procureur général de l’Oklahoma, 28 États avaient entamé une action en justice contre les réglementations de l’EPA pour réduire les émissions des centrales électriques au charbon.