/regional/montreal/montreal

Uber arrive à l’aéroport: promesses de tarifs moins élevés

Camille Gaior

 - Agence QMI

Arrivée à l’aéroport lundi, Uber promet d’être moins chère que les taxis au grand bonheur de plusieurs voyageurs.

Le tarif fixe de 40 $ imposé aux taxis et à Téo Taxi pour un trajet vers le centre-ville ne s’appliquera pas à Uber, a décidé Aéroports de Montréal (ADM) dans son entente avec l’entreprise entrée en vigueur lundi.

Confiante, la multinationale promet des tarifs entre 30 $ et 33 $ avec un UberX. «On me garantit un tarif entre 27 et 36 $ pour aller dans le Vieux-Montréal, a confirmé après-midi Carol O’Sullivan, une cliente qui vient d’arriver de Toronto, en montrant son cellulaire. Et même si c’était le même prix que les taxis, les chauffeurs Uber sont plus aimables et le service plus pratique.»

Commander avant

Contrairement aux taxis, les clients n’attendront pas un Uber, mais devront en commander un afin qu’un des «chauffeurs-partenaires» attendant dans un stationnement, situé à 2 km de là, vienne les chercher. L’embarquement se fera au même endroit que les Téo Taxi, soit à l’étage des départs. Pour le client, prendre un taxi - au niveau des arrivées - ou un Uber nécessitera de marcher une distance équivalente, soit moins de 2 minutes.

Affluence à venir ?

Autre différence avec les services actuellement offerts, ADM n’impose aucune limite d’offre de service à Uber alors qu’elle émet 325 permis aux taxis et permet à une douzaine de véhicules Téo Taxi d’opérer.

«Comment ils vont faire pour gérer l’affluence, si des centaines de clients Uber arrivent en même temps ?» demande Georges Karam, chauffeur de taxi à l’aéroport depuis quatre ans. Il croit que ce projet est irréaliste, puisque Téo Taxi et Uber possèdent un espace chacun pour embarquer des clients alors que 7 à 13 emplacements sont dédiés aux taxis. «Quand il y a du monde, même chez nous [les taxis], ça crée des files d’attente.»

ADM a confirmé que le stationnement d’attente des chauffeurs Uber, situé à l'extérieur du terrain de l'aéroport, pouvait accueillir une soixantaine de véhicules.

Colère et inquiétude

Le Front commun du taxi a vivement dénoncé l'entente puisque, selon lui, la loi est claire, «seuls certains chauffeurs ont accès à l'aéroport».

Les chauffeurs de taxis rencontrés à l’aéroport affichaient leur colère, leur découragement, mais surtout leur inquiétude.

«C’est deux poids deux mesures, le tarif devrait être fixe pour tous», croit Hamid Agzachi, certain qu’il perdra des clients. Du haut de ses 20 ans d’expérience à l’aéroport, il s’inquiète surtout de l’avenir du métier, leur permis expirant fin avril.

Équitable, dit ADM

Mais, selon ADM, l’entente est équitable bien que les taxis payent une redevance pour faire du «pick up». En 2015, le montant du permis s’élevait à 3600 $.

«[Pour les taxis] ça représente 1,16 $ par course, souligne Christiane Beaulieu, vice-présidente aux communications. Pour Uber et Téo Taxi, on impose 3 $ par voyage», assurant que les taxis seront bientôt fixés sur le futur fonctionnement à Montréal-Trudeau

 

Prix d’une course entre l’aéroport et le centre-ville

Uber : 30 $ à 56 $, selon le type de véhicule*

Téo Taxi : 40 $ tarif fixe

Taxis : 40 $ tarif fixe

*Basé sur une estimation de l’entreprise. Le prix peut être modulé ou varier selon la densité de la circulation.

Dans la même catégorie