/news/politics

#Lajoutedujour | Faire payer les riches

François Legault, à gauche, à droite, tout mélangé!

TVA Nouvelles

Le virage de François Legault en matière de politique fiscale est difficile à suivre, soutiennent les deux commentateurs de l’émission «La Joute», à LCN.

Ainsi, le chef de la Coalition avenir Québec souhaiterait augmenter l’impôt des mieux nantis dans le but de soulager la classe moyenne et de stimuler la croissance.

Changer constamment de message est une grave erreur en politique, insiste l’analyste Luc Lavoie, en plus de provoquer «le cynisme des électeurs». François Legault est «tellement girouette qu’il est train de devenir un ventilateur», lance-t-il.

«Je ne sais pas dans quoi il navigue: un matin, il se réveille en disant qu’il va réduire le nombre d’immigrants de 10 000. Ensuite, quand ses affaires ne marchent pas fort, il sort qu’il va faire payer les riches, ceux qui gagnent 100 000$ et plus par année», dit Luc Lavoie, précisant par ailleurs que le chef caquiste mérite tout son respect.

N’empêche que les différentes prises de position de l’ancien ministre du Parti québécois en laissent plusieurs sceptiques. «Il en pige un peu chez les identitaires, il va en chercher un peu chez Québec solidaire et continue de manœuvrer comme ça. Le problème, c’est que M. Legault a l’air d’un carriériste de la politique, prêt à faire n’importe quoi pour rester accroché là», note Luc Lavoie.

L'identité de la CAQ

Son coanalyste, Bernard Drainville, juge que la question fondamentale que doit se poser la CAQ est celle de sa propre identité, étant donné qu’elle a joué à fond la carte identitaire encore tout récemment.

«Jusqu’à maintenant, François Legault martelait le message des baisses d’impôt et de la réduction du fardeau fiscal, rappelle-t-il. Il parlait même de grand ménage et de mieux gérer l’État il n’y a pas si longtemps. Là, non seulement dit-il qu’il faut faire payer les riches, mais, toujours dans la même entrevue [au journal «La Presse»], il dit que la dette est rendue un dogme au Québec.»

M. Drainville, ancien ministre responsable des Institutions démocratiques et de la Participation citoyenne pour le PQ, se surprend lui-même à se retrouver «plus à droite que la CAQ» sur cette question. «Je pense que la dette est un enjeu important pour les générations futures

En entrevue ce matin à LCN, le député de L’Assomption s’est défendu de faire un virage à gauche. «C’est une tempête dans un verre d’eau, a répondu M. Legault, à l’émission de Mario Dumont. D’abord, je pense qu’il faut revoir à la baisse les tarifs de garderie, sauf pour ceux qui gagnent plus de 150 000$ par année, lesquels devront continuer à être augmentés.

«Il est en train de nous mélanger tellement que je ne sais pas qui va voter pour lui, car personne ne saura pour quoi voter», conclut Luc Lavoie, aussi confus que son collègue Drainville.

Voyez dans la vidéo ci-dessus un extrait de l’émission «La Joute».