/news/currentevents

L'enquête sur le député Gerry Sklavounos pratiquement terminée

Pierre-Olivier Fortin | Agence QMI

Le dossier d’Alice Paquet, qui dit avoir été agressée par le député Gerry Sklavounos, devrait se retrouver bientôt sur le bureau d’un procureur de la Couronne. Il semble que l'enquête serait pratiquement terminée.

Dans notre système de justice, ce n’est pas la police qui dépose les accusations. La police recueille les plaintes, mène une enquête et rédige un rapport. Les enquêteurs remettent leur rapport à la Couronne, au Bureau des poursuites criminelles et pénales (DPCP). C’est cette institution qui doit ensuite juger si la preuve de la police est assez étoffée pour être «raisonnablement convaincue» que l’accusé sera éventuellement condamné.

À cette étape, on ignore donc si des accusations seront portées contre le politicien, puisqu’il appartient au DPCP de prendre cette décision.

Rappel des faits

En octobre dernier, dans une manifestation organisée à l’Université Laval pour soutenir les victimes de la vague d’agressions sexuelles survenue dans une résidence du campus, Alice Paquet a soutenu publiquement qu’elle avait été agressée sexuellement par un député de l’Assemblée nationale, qui s’est avéré être Gerry Sklavounos. Ce dernier a été exclu du caucus libéral par la suite.

La jeune femme est revenue ensuite sur certaines affirmations et des incohérences ont jeté un certain discrédit sur son témoignage.

Elle a néanmoins porté plainte officiellement à la police de Québec. Aucune trousse médico-légale n’a été faite à la suite des agressions présumées, contrairement à ce qu’elle avait affirmé.

Dans la même catégorie