/news/law

Alice Paquet pourrait-elle être accusée?

TVA Nouvelles

Alice Paquet a accusé sur la place publique Gerry Sklavounos de l’avoir violée. Le Service de police de la Ville de Québec (SPVQ) a terminé son enquête. Le député devra-t-il faire face à la justice? Mais se pourrait-il que ça soit la victime présumée qui se retrouve accusée au criminel?

«Elle avait dit que ça avait été tellement violent qu’elle avait eu des points de suture et qu’on lui avait fait une trousse médicale et après elle avait tout nié ça. Ça lui enlève de la crédibilité. Les policiers ont-ils réussi à démontrer qu’elle avait inventé, c’est une hypothèse», avance le criminaliste Jean-Pierre Rancourt.

Depuis sa déclaration fracassante lors d’un rassemblement à l’Université Laval, Alice Paquet a multiplié les sorties dans les médias dans le but d’y raconter qu’elle aurait été agressée par Sklavounos, en juillet 2014.

Soirée arrosée

La jeune femme était hôtesse au Louis-Hébert à Québec où le député libéral de Laurier-Dorion, maintenant indépendant, était un habitué du restaurant et occupait une chambre quand il siégeait à l’Assemblée nationale.

D’après ce qu’elle allègue, le politicien de 39 ans à l’époque l’aurait invitée à sa chambre après une soirée bien arrosée. Ils se seraient embrassés, mais elle n’a pas voulu aller plus loin. Sklavounos toujours d’après les dires d’Alice Paquet l’aurait alors agressée sexuellement.

La jeune fille serait retournée à la chambre du député deux semaines plus tard afin, dit-elle, d’y obtenir des explications. Gerry Sklavounos l’aurait alors battue toujours selon ce qu’elle a affirmé entre autres au Journal de Québec.

Histoire inventée

«Si les policiers découvrent qu’elle a inventé, que ce n’est pas vrai, c’est un méfait public. Elle pourrait être accusée d’avoir fait ouvrir une enquête. D’autres victimes après avoir crié haut et fort avoir été agressées se sont rétractées après l’enquête policière. J’ai inventé ça pour telle raison et elles ont été accusées», fait savoir Me Rancourt.

Les enquêteurs du SPVQ transmettront le fruit de leur enquête concernant Alice Paquet et Gerry Sklavounos au Directeur des poursuites criminelles et pénales (DPCP) qui lui décidera si des accusations sont déposées.

«Le procureur de la Couronne responsable de ce dossier décidera s’il y a suffisamment de preuves pour amener ça devant un juge et des jurés et avoir la certitude que l’on peut avoir une condamnation. S’il pense que la victime ou la preuve n’est pas assez crédible pour soutenir une condamnation, il n’y aura pas d’accusation portée [contre le député]», informe Jean-Pierre Rancourt.

L’enquête sur les allégations d’agression sexuelle à l’endroit du député Sklavounos était ouverte depuis mars 2016. Quant au député, il a été suspendu du caucus libéral quelques jours après les allégations d’Alice Paquet. Il est en congé de maladie depuis.

Dans la même catégorie