/finance/homepage

Forte croissance des bénéfices en 2017, prévoit Bombardier

Bombardier s’attend à une croissance de ses revenus et bénéfices en 2017, grâce à l'accélération de la cadence de production des avions C Series, notamment.

L’entreprise a dévoilé mercredi après la fermeture des marchés ses prévisions pour 2017, qui confirment entre autres que le plan de redressement «se déroule comme prévu».

Pour l’année 2017, la compagnie montréalaise table sur une forte croissance des bénéfices d'environ 50 % sur douze mois, soit entre 530 millions $ et 630 millions $.

«Le solide momentum de 2016 se poursuivra en 2017, a déclaré dans un communiqué Alain Bellemare, président et chef de la direction de Bombardier. Notre plan de redressement est en marche et ses premiers bénéfices peuvent être constatés dans nos résultats de 2016.»

L’entreprise prévoit également une amélioration d'environ 400 millions $ de l'utilisation des flux de trésorerie disponibles comparativement à l'exercice précédent, la portant entre 750 millions $ et 1 milliard $.

«En regardant vers 2017, nous avons confiance en notre stratégie, en notre plan de redressement et en notre capacité à atteindre nos objectifs opérationnels et financiers», a poursuivi M. Bellemare.

L'accélération du rythme de production des avions C Series ainsi que la croissance dans le secteur du transport sur rail devraient également permettre une «croissance de l'ordre de quelques points de pourcentage» des revenus consolidés.

La compagnie a aussi réitéré ses prévisions pour 2016, comme elle avait fait lors de l'annonce de ses résultats du troisième trimestre de 2016. On souligne également l’objectif de flux de trésorerie disponibles neutres pour 2018 ainsi que l’objectif de revenus de 25 milliards $ pour 2020.

Par ailleurs, Bombardier s’attend à consacrer en 2017 «entre 250 millions $ et 300 millions $ à la restructuration pour rehausser l’efficacité, réduire les coûts et optimiser les activités opérationnelles». La charge sera comptabilisée à titre d’élément spécial, précise-t-on.

«Nous avons jeté des solides bases pour la croissance et notre objectif, en 2017, sera de libérer la valeur de notre portefeuille et de créer de la valeur pour nos actionnaires par une excellente exécution.»

Quelques heures avant le dévoilement de ces prévisions, l’Organisme canadien de réglementation du commerce des valeurs mobilières (OCRCVM) avait annoncé que le titre de Bombardier avait été suspendu en fin d'après-midi, mercredi, à la Bourse de Toronto, en raison d'une «nouvelle en attente».

Par ailleurs, le président et chef de la direction, Alain Bellemare, doit être à New York, jeudi, pour la journée des investisseurs de Bombardier, lors de laquelle il fera le point sur ses perspectives.

Bombardier a également fait savoir mercredi que son avion de ligne CS300 a reçu la validation de type de l'Administration fédérale de l'aviation des États-Unis (FAA).

Ainsi, l'avion CS300 tout comme le CS100, sont donc maintenant homologués par Transports Canada, l'Agence européenne de la sécurité aérienne (EASA) et par la FAA.

«Certaines sociétés aériennes dans le monde sont très intéressées par la gamme d’avions C Series, mais elles attendaient que ces avions aient démontré leur performance en service avant de s’engager envers le programme», a souligné Rob Dewar, vice-président du Programme C Series de Bombardier Avions commerciaux.

Mercredi, l’action de Bombardier a clôturé en baisse de 1,6 % à 1,91 $, à la Bourse de Toronto.

Dans la même catégorie