/regional/montreal/montreal

Montréal reconnait avoir enfreint la loi sur l'affichage électoral

capture d'écran, bdsquebec.ca

Le Ville de Montréal reconnait avoir enfreint la loi électorale en retirant des pancartes-chocs critiquant Israël durant la dernière campagne électorale fédérale.

Après avoir reçu des plaintes de citoyens, la municipalité a ordonné à des employés municipaux d’enlever des affiches électorales plaquées sur un lampadaire de la ville.

L’incident est survenu en septembre 2015, en pleine campagne fédérale.

Sur les pancartes en question, un enfant mort sur une plage était illustré, en plus de l’acronyme «Boycott, Désinvestissements et Sanctions Québec», pour BDS-Québec.

La campagne internationale BDS souhaite l’imposition de sanctions, notamment économiques, afin de forcer Israël à respecter davantage les droits des Palestiniens.

Or, en tant que tiers enregistré auprès du directeur général des élections, BDS-Québec était en son droit de diffuser de la publicité électorale.

Dans une entente conclue le 7 décembre dernier avec le commissaire aux élections fédérales, la Ville de Montréal reconnait ses torts et accepte de se plier à une série mesures afin d’éviter une nouvelle infraction à la loi électorale.

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.