/news/politics

Trudeau espère conclure bientôt une entente avec Bombardier

Le gouvernement Trudeau espère conclure d’ici son prochain budget une entente avec le géant de l’aéronautique Bombardier qui attend une aide financière fédérale de 1 G $ US pour son programme des C Series.

«On travaille de façon très productive avec Bombardier», a soutenu le premier ministre Justin Trudeau jeudi. «Notre gouvernement comprend à quel point l’industrie aéronautique est importante pour le pays, à travers le pays, pas juste le Québec, qu’on a besoin d’assurer les emplois dans le court terme, mais on a aussi besoin d’assurer une stabilité et une croissance dans cette industrie pour le moyen et le long terme. C’est exactement sur ça que nous sommes en train de travailler et effectivement on espère avoir des annonces à faire avant le budget», a-t-il poursuivi.

De son côté, le premier ministre du Québec, Philippe Couillard, a dit jeudi avoir hâte de voir la décision que prendra Ottawa dans le dossier Bombardier. «Il faut s’assurer que ce soit une intervention bien calculée et stratégique, comme celle qu’on a faite. »

Il a réitéré que Québec avait agi au bon moment pour «sauver Bombardier». «C’est Alain Bellemare qui l’a lui-même dit, que sans l’intervention de Québec, non seulement le secteur aéronautique, mais la compagnie entière était menacée. »

Philippe Couillard a dit qu’il se chargera de rappeler aux partis d’opposition leur opposition à l’aide à Bombardier. «Ils ont déchiré leur chemise. Je pense qu’ils devraient avoir honte. Si on les avait écoutés, je pense qu’on aurait perdu une entreprise. »

Le premier ministre a souligné que Bombardier avait fait une «assez remarquable transformation» de ses états financiers. Elle annonçait mercredi cibler une forte croissance de ses bénéfices pour 2017. «Tant mieux si ça se poursuit, a dit Philippe Couillard. Il y a des avions C Series qui volent maintenant, plus personne ne peut dire que ça n’existe pas. C’est un grand succès pour le génie québécois. Et j’enjoins encore une fois le gouvernement fédéral de se joindre à nous pour soutenir cette industrie qui est vitale pour le Québec, pour le Canada. Elle représente l’innovation, et des emplois de grande qualité.»

- Avec la collaboration de Dominique LaHaye

Dans la même catégorie