/news/society

Retrait de la SPCA: aucun plan B prévu dans les arrondissements

Marie Christine Trottier

 - Agence QMI

Des arrondissements qui perdront le service de gestion des chiens errants le 31 mars prochain n’ont pas encore prévu de solution, même si la SPCA les menace de quitter depuis septembre dernier.

Jeudi, la SPCA a confirmé qu’elle retirera le volet canin de ses services de gestion animalière dans les neuf arrondissements avec lesquels elle fait affaire.

Le «24 Heures» a pu rejoindre quatre d’entre eux, qui ont réagi différemment à cette nouvelle. À Anjou, par exemple, on a évoqué la possibilité d'aller en appel d'offres dès janvier. D'autres tenteront de trouver une solution dans les prochains mois.

En septembre dernier, la SPCA avait averti la Ville qu’elle n’accueillerait plus les chiens errants et abandonnés si le règlement interdisant les pitbulls était adopté.

L’organisme estime que ce règlement «l’amènerait inévitablement à euthanasier en série des chiens en santé et au comportement irréprochable, ce qui est à l’encontre de ses valeurs».

Si Montréal ne trouve pas d’alternative, plus de 2000 chiens ne seront plus pris en charge par la SPCA et seront laissés à eux-mêmes.

La Ville a indiqué que le Service de la concertation des arrondissements évaluera «différentes options à la lumière de ce désistement injustifié» afin d’assurer le service de gestion animalière.

Risque de perdre 1 million $

La SPCA souhaite toutefois maintenir les autres programmes de gestion animalière, notamment la stérilisation des chats.

«Les arrondissements veulent parfois un guichet unique pour la gestion animalière. On pourrait donc perdre nos contrats. C'est un risque que ça amène la fin de notre collaboration avec la Ville, mais on l'a pris en considération», indique le directeur général de la SPCA, Benoit Tremblay.

Si les neuf arrondissements brisent leurs contrats avec la SPCA, cela représenterait des pertes d’environ 1 million $ pour l’organisme.

Berger blanc à la rescousse

L'organisme Berger blanc s'est offert pour remplacer la SPCA dans les arrondissements où elle n'offrira plus ses services canins puisqu’il travaille déjà dans quelques autres arrondissements, dont Ville-Marie et Saint-Léonard. Le PDG, Pierre Couture, indique être «déjà sollicité par quelques arrondissements [mais] qu'il faudra regarder quelle forme ça va prendre».

Il souligne que son organisme a toutes les ressources nécessaires pour offrir le service canin dans les arrondissements délaissés par la SPCA et qu'il pourra placer en adoption les pitbulls montréalais ailleurs au Québec.

Le Berger blanc est le seul autre gros joueur de la région de Montréal à pouvoir offrir des services de gestion des animaux. Le centre animalier de Montréal ne sera d’ailleurs pas livré avant le 31 décembre 2018. En juillet 2014, Montréal annonçait qu'il coûtera environ 23 millions $, mais le Programme triennal d'immobilisations 2017-2019 prévoit plutôt 34,8 millions $.

 

Arrondissements où la SPCA n'offrira plus de services canins

-Ahuntsic-Cartierville

-Anjou

-Lachine

-Plateau-Mont-Royal

-Montréal-Nord

-Côte-des-Neiges—Notre-Dame-de-Grâce

-Rosemont-La Petite-Patrie

-Sud-Ouest

-Verdun

Dans la même catégorie