/news/law

4 ans et demi de prison pour l’agresseur du mont Saint-Bruno

TVA Nouvelles

Yves Roy, l’individu accusé d'avoir violemment agressé une joggeuse dans le parc du mont Saint-Bruno le 2 septembre 2016, a reçu mercredi une sentence de 4 ans et demi de prison.

L'homme de 46 ans a plaidé coupable à des accusations de voies de fait graves mettant la vie en danger. La Couronne et la défense ont présenté une suggestion commune de sentence de 4 ans et demi de prison, que le juge a entérinée mercredi en après-midi.

Yves Roy faisait face à des accusations de tentative de meurtre, et de séquestration. Ces accusations ont toutefois été abandonnées.

Les circonstances de l’agression

La victime, qui faisait de la course à pied dans le parc du mont Saint-Bruno, avait été violemment agressée.

La dame avait quitté son domicile un peu après 12h40, pour aller courir. Arrivée au bout d’un sentier, elle a aperçu Yves Roy qui portait des gants chirurgicaux. Prise d’inquiétude, elle lui a demandé s’il travaillait là. Il lui a répondu par l’affirmative et la femme a continué son chemin. Yves Roy l’a suivie, et l’a agressée avant d'essayer de l’étrangler. En voulant se défendre, la femme l’a frappé à la jambe. Yves Roy s’est ensuite confondu en excuses.

Elle a réussi à s’enfuir et a appelé les policiers. La victime a refusé de s’adresser au tribunal mercredi, mais le procureur de la Couronne a indiqué que la femme reste marquée par l’agression en raison des blessures subies.

Le portrait-robot du suspect a été largement diffusé et c'est notamment grâce au public que le suspect a pu être retrouvé.

L’individu avait de lourds antécédents criminels.

En 1998, alors qu'il avait 27 ans, Yves Roy a plaidé coupable à des accusations de voies de fait et de tentative d'étranglement sur une fillette de 6 ans.

Yves Roy a des problèmes de santé mentale et reconnaît avoir besoin d’aide selon ses aveux.

Dans la même catégorie