/regional/montreal/montreal

Les cols bleus votent à 66% pour le maintien de Chantal Racette

TVA Nouvelles

Le vote de confiance demandé par la présidente du Syndicat des cols bleus s'est terminé en milieu de soirée jeudi.

Les membres du syndicat des cols bleus de la Ville ont voté à 66% pour le maintien de Chantal Racette à la tête du syndicat lors d'un scrutin assez houleux.

«Vouloir consulter mes membres, je ne pense pas que ce soit problématique. Ce sont eux que j’ai consulté aujourd’hui et je suis très fière du résultat», a-t-elle dit après la proclamation des résultats.

«Une mascarade»

Pour le vice-président du syndicat, Michel Martin, ce vote est une mascarade puisque le nombre de votants était faible.

«Il n’y a même pas 14% des cols bleus qui sont allés voter. Dans les faits, seulement 9% des 6500 cols bleus ont voté pour Mme Racette», a-t-il expliqué en entrevue téléphonique avec TVA Nouvelles.

«Nous qui représentons environ 4000 cols bleus, nous avons boycotté le vote, car nous n’y croyons pas. Le Syndicat canadien de la fonction publique (SCFP) nous dit que ce vote-là n’est pas légitime.»

M. Martin estime que ce vote représente une «grosse défaite» pour Chantal Racette et dit que les choses ne font que «commencer».

«La prochaine étape, c’est une plainte au SCFP, car ils ont procédé au vote alors que celui-ci était illégitime. Puis nous allons continuer nos discussions dans l’exécutif. Nous voulons qu’elle parte.»

Vote perturbé et journaliste bousculé

Des opposants à la présidente s'étaient présenté à l'église Saint-Arsène, située dans le quartier Rosemont à Montréal, en après-midi dans le but d’interrompre le scrutin.

Le vice-président du syndicat des cols bleus, Michel Martin, était du nombre. Notre journaliste, qui accompagnait le groupe, s’est fait expulser par la force, en étant poussé par un membre du syndicat, et ce, dès son entrée dans le local. Pourtant, d’autres journalistes ont eu accès aux lieux sans problème.

Les opposants à Mme Racette disent ne pas avoir été consultés pour la tenue du scrutin. Ils ne voteront pas, affirmant que l’exercice n’est pas légal.

Le Syndicat canadien de la fonction publique (SCFP), qui chapeaute la section locale 301 des cols bleus, s’est prononcé hier.

Le SCFP ne cautionne pas ce vote, puisqu’il ne respecte pas les statuts et les façons de faire du syndicat, la consultation n’ayant pas été appelée en assemblée.