/news/currentevents

Homicide à Saint-Lin: l’accusé est envoyé en psychiatrie

Claudia Berthiaume

 - Agence QMI

Le jeune homme de Saint-Lin-Laurentides accusé du meurtre prémédité de son ex-copine sera envoyé à l'hôpital psychiatrique pour évaluer sa responsabilité criminelle.

L’avocat de Max Aubin en a fait la demande lundi, lors de sa comparution au palais de justice de Joliette.

Le jeune homme de 21 ans a été formellement accusé du meurtre au premier degré de son ex-copine, Mylène Laliberté.

Il ne s’est pas présenté en personne devant le juge François Landry, en raison de ses blessures.

La comparution a été effectuée par voie téléphonique, depuis son lit d'hôpital, à Montréal, où il est toujours sous garde policière.

Max Aubin | Photo gracieuseté

Max Aubin | Photo gracieuseté

Intoxiqué

Son avocat a demandé à ce que son client soit évalué dans un hôpital psychiatrique dès que son état de santé le permettra.

Cela vise à déterminer s'il peut être tenu responsable de ses actes.

«Il est question d'une intoxication importante [liée aux drogues] et il avait eu des comportements problématiques par le passé, selon sa famille», a déclaré Me Michel Leclerc.

Le criminaliste souhaitait qu’Aubin soit admis à l’Institut Philippe-Pinel, mais le juge Landry préférait qu’il aille à l’hôpital Pierre-Legardeur, à Terrebonne.

Le lieu de l’évaluation devrait être déterminé par le tribunal mardi.

«On veut qu'il paye»

Cette demande a fait sursauter les proches de la victime entassés dans la petite salle du palais de justice.

«On s'attendait tous à ce qu'il plaide la non-responsabilité criminelle. C'est ça, sa carte. Tout le monde utilise cette carte-là, dans les plus gros procès. C'est ça, la justice au Québec», a laissé tomber Pierre-Paul Albert, un proche de la victime, en sortant de la salle de cour.

«On veut qu'il paye, qu'il ait des regrets, qu'il vive avec ça toute sa vie. On veut que justice soit rendue», a quant à lui lancé Kevin Milliard, au nom de la famille Laliberté.

Mylène Laliberté, 24 ans, a été retrouvée sans vie à son domicile de Saint-Lin-Laurentides, vendredi soir. C'est sa colocataire qui a fait la macabre découverte.

Mylène Laliberté | Photo gracieuseté

Mylène Laliberté | Photo gracieuseté

Harcèlement

Il semble qu’Aubin acceptait mal la rupture, survenue quelques mois plus tôt, d'après les proches de la victime.

Max Aubin est d'ailleurs aussi accusé d'avoir harcelé Mylène Laliberté, «ayant pour effet de lui faire craindre raisonnablement pour sa sécurité», entre le 15 mai 2016 et le soir de sa mort.

Ce soir-là, le soir de la mort de la jeune femme, Aubin se serait présenté chez des amis, les mains ensanglantées. Il leur aurait avoué son crime allégué, avant de tenter de mettre fin à ses jours, ont raconté ses amis au «Journal de Montréal».

Selon nos informations, il se serait infligé d'importantes blessures à la poitrine.

Il a tout de même été interrogé, puis mis en état d'arrestation dimanche. Il pourrait recevoir son congé de l'hôpital mardi, mais il demeurera détenu.

Dans la même catégorie