/news/currentevents

EXCLUSIF | Des détails sordides sur les circonstances du crime dévoilés

TVA Nouvelles d'après Yves Poirier

Au lendemain de la comparution de l'ex-ami de cœur de Mylène Laliberté, assassinée vendredi à Saint-Lin–Laurentides, des amis de Max Aubin ont raconté comment ils l'ont accueilli, couvert de sang, peu de temps après le meurtre.

TVA Nouvelles a eu un accès privilégié à l’appartement de Saint-Roch-de-l'Achigan où Max Aubin s’est réfugié auprès de ses amis, vendredi. Les jeunes hommes, encore sous le choc, ont raconté avec détails les évènements de la soirée funeste.

Selon ceux-ci, le présumé meurtrier semblait être dans un état de psychose et leur aurait raconté le meurtre.

«Il était dans un état un peu paranoïaque, les deux couteaux dans les mains. Je le voyais qu’il ''paranoïait'' mais seulement par ''bouttes''. Il nous a raconté le meurtre, c’était dégueulasse. Je n’en rajouterai pas par respect pour la famille et pour tout le monde», a raconté un ami, Mikaël Moreau à TVA Nouvelles.

Suicide policier

Selon les dires de ses amis, Max Aubin voulait mourir par «suicide policier». «Quand je l’ai vu arriver avec ses deux couteaux sur la table je lui ai demandé ''Qu’est-ce que tu fais là?'', a raconté Mikaël Moreau. Max Aubin a répondu qu’il voulait s’en prendre aux policiers qui étaient à sa recherche, ''je veux les piquer'', aurait-il dit. «Je lui ai dit de ne pas faire ça, mais il m’a répondu ''c’est juste ça que je veux (mourir)''. Je voulais qu’il survive pour payer pour ce qu’il avait fait».

«On a essayé de le calmer, de lui enlever les couteaux. J’ai réussi à lui enlever un couteau, là j’ai vu qu’il était un peu calme, on lui a laissé le temps de décompresser pour ne pas le faire paniquer encore plus», ajoute le jeune homme.

Les amis n'ont pas immédiatement appelé les policiers.

Couteau planté dans le cœur

Quelques minutes plus tard, Max Aubin s’est toutefois réfugié dans la salle de bain. Après une trentaine de minutes, ses amis se sont inquiétés. C’est le son du couteau qui venait de tomber qui a fait comprendre à Mikaël que Max Aubin venait d’attenter à ses jours.

«Il s’est littéralement planté un couteau dans le ''chest'', au niveau du cœur. Il se l’est rentré au complet, une lame d’environ 7 pouces», détaille Mikaël Moreau. C'est à ce moment qu'il a appelé les policiers qui se sont déplacés sur les lieux rapidement.

Lettre de suicide

Avant de tenter de s’enlever la vie, Max Aubin avait réussi à se barricader dans la salle de bain. Il était adossé à la porte. Mikaël a tenté de la défoncer, mais selon ses dires, plus il poussait, plus le couteau entrait dans la poitrine d’Aubin.

Des traces de sang étaient toujours bien visibles lors du passage de TVA Nouvelles, mardi matin.

Aubin a rédigé une lettre de suicide dans laquelle il dit céder ses biens à ses proches.

«Un regard vide»

Frédéric Grondin, un autre ami de Max Aubin a également raconté les heures qui ont précédé le meurtre de Mylène Laliberté. «Je l’ai vu avant le crime. Il était chez moi la nuit d’avant. Il parlait souvent de son ex-copine. Avec le recul j’aurais pu faire quelque chose, l’empêcher», a raconté Frédéric Grondin.

L’accusé aurait quitté la pièce dans laquelle il se trouvait avec Frédéric soudainement, quelques heures avant le meurtre. «Il a tapé sur la table et il a dit ''c’est là que ça se passe''», a raconté son ami. Il n’avait toutefois aucune idée de quoi parlait Max Aubin à ce moment.

«Il a décollé comme ça! Je n’avais aucune idée. C’était un gars renfermé, toujours dans son "cell'', sur Internet. Jamais il ne nous parlait de ses problèmes avec elle. Jamais je n’aurais cru qu’il aurait pu faire cela. Avoir su qu’il allait commettre un meurtre je me serais battu avec», jure le jeune homme.

«Je me souviens surtout de son regard, un regard vide, un regard noir. Il était bizarre, c’était bizarre», conclu l’ami.

Max Aubin, 21 ans, a été formellement accusé du meurtre prémédité de son ex-amie de cœur, Mylène Laliberté 24 ans.

Dans la même catégorie