/regional/montreal/montreal

Train de la Caisse: Coderre souhaite aller de l’avant malgré le rapport défavorable du BAPE

Agence QMI

Le maire de Montréal, Denis Coderre, a réitéré vendredi sa volonté que le projet de Réseau électrique métropolitain (REM) de la Caisse de dépôt et placement du Québec aille de l’avant malgré le rapport défavorable du BAPE.

Vendredi, le Bureau d’audience publique sur l’environnement a déposé son rapport sur le projet de CDPQ Infra, une filiale de la Caisse de dépôt. Le rapport, rendu public en fin d’après-midi, est généralement défavorable au projet, s’interrogeant sur plusieurs questions.

«Devant l’absence d’information complète et détaillée sur plusieurs enjeux, que plusieurs questions soulevées par la commission sont restées sans réponse, notamment sur les aspects financiers, écologiques, de justification quant à la fréquentation, d’impact sur l’aménagement du territoire et de gouvernance, la commission d’enquête du BAPE considère qu’il serait prématuré d’autoriser la réalisation du projet de REM avant que l’ensemble de ces informations soient disponibles», peut-on lire dans le communiqué accompagnant le rapport.

Le maire de Montréal, qui était à Ottawa, vendredi, en marge du Caucus des maires des grandes villes de la Fédération canadienne des municipalités (FCM), a rappelé que l’examen du BAPE était un processus consultatif.

«[Dans le mot] BAPE, A veut dire "audience", a déclaré M. Coderre. Ça ne veut pas dire "achalandage". Je vais attendre de lire [le rapport]. C'est un dossier qui est important. On parle de transition énergétique. On parle également de développement durable. On parle ici d'un réseau électrique métropolitain.»

Le maire est d’avis qu’il s’agit du «projet le plus important des 50 dernières années. C'est le véritable legs du 375e anniversaire de Montréal [et] du 150e (du Canada) puisqu’il va y avoir de l'argent du gouvernement fédéral».

«C’est un dossier qui est extraordinaire, important et qui doit se faire rapidement», a-t-il ajouté.

D’une longueur de 67 km, ce vaste réseau électrique de transport collectif évalué à 5,9 milliards $ doit compter 27 stations réparties un peu partout à Montréal et en banlieue, incluant des arrêts au centre-ville, à l’aéroport Pierre-Elliott-Trudeau, dans l’ouest de l’île et à Brossard, en Montérégie, dans l’axe du nouveau pont Champlain.

Si tout se déroule comme prévu, les travaux débuteront au printemps 2017 pour être complétés vers la fin de 2020.

«Nous avons besoin de ce projet et nous allons tout faire pour que ça fonctionne [...] On doit commencer ce projet le plus rapidement possible si on veut l’avoir pour 2020», a dit le maire Coderre.

Selon lui, «non seulement la Caisse est à l’écoute, mais elle a de l’expérience».

Dans la même catégorie