/news/politics

Pipeline entre l'Alberta et le sud des États-Unis

Le gouvernement Trudeau se réjouit du décret de Trump pour relancer Keystone XL

Dominique La Haye | Agence QMI

Justin Trudeau se réjouit de la décision du président Donald Trump de raviver le controversé projet d’oléoduc Keystone XL devant relier les sables bitumineux de l’Alberta jusqu’au sud des États-Unis.

Le nouveau locataire de la Maison-Blanche a signé mardi un décret dans lequel il indique son désir de renégocier les termes de ce projet de la compagnie TransCanada qui prévoit la construction d’un oléoduc de 1900 kilomètres, dont 1400 aux États-Unis. M. Trump souhaite notamment que les pipelines soient construits avec de l’acier américain.

«Je suis en faveur de ce projet d’oléoduc, parce que ça va amener de bons emplois pour les Albertains, de la croissance économique», a indiqué le premier ministre mardi, lors d’un point de presse clôturant une retraite de trois jours de son cabinet à Calgary.

M. Trudeau a fait valoir que le fait que l’Alberta mette une «limite absolue» sur les émissions de gaz à effet de serre liées à la production des sables bitumineux «va nous assurer de pouvoir remplir nos responsabilités par rapport aux changements climatiques».

Le premier ministre a souligné que les discussions quant à l’avenir de ce projet auront lieu entre la compagnie albertaine et les États-Unis.

Il a par ailleurs reconnu s’être «mal exprimé», il y a plus d’une semaine en Ontario, lorsqu’il a parlé de l’importance «d’éliminer progressivement» l’exploitation des sables bitumineux. Ses propos avaient choqué bien des Albertains.

Transcanada n’a pour sa part pas tardé à répondre favorablement, mardi, à l'appel du président Trump.

«Nous sommes satisfaits que le président des États-Unis nous invite à présenter une nouvelle demande pour le projet KXL. Nous préparons présentement cette demande et avons l’intention de la proposer», a souligné un porte-parole de la compagnie albertaine, Tim Duboyce.

Le ministre fédéral des Ressources naturelles, Jim Carr, a dit qu’il reviendrait à la compagnie TransCanada de déterminer si, advenant la concrétisation de Keystone, elle souhaiterait toujours aller de l’avant avec son autre projet controversé Énergie Est.

Trump Misogyne?

Le premier ministre Trudeau n’a par ailleurs pas voulu dire si, selon lui, le nouveau président était misogyne, lorsque questionné à ce sujet, alors que des millions de personnes ont protesté samedi à Washington et ailleurs dans le monde contre M. Trump dans le cadre de la Marche des femmes.

Dans la même catégorie