/regional/montreal/montreal

Des bébés pourraient ne pas être vaccinés

TVA Nouvelles

La saga sur l'abolition des frais accessoires se poursuit. Le ministre de la Santé, Gaétan Barrette, et les médecins ne s'entendent toujours pas, à un jour de la mise en vigueur de cette mesure.

Ce problème pourrait avoir des répercussions bien précises, puisque des bébés pourraient ne plus recevoir de vaccins.

Des cliniques médicales arrêteront, dès jeudi, d'offrir le service de vaccination de routine comme pour la coqueluche ou le tétanos, par exemple. Ils ne pourront plus facturer les 10 ou 20 dollars comme frais accessoires.

«À tout le moins, le suspendre en attendant que les règles soient, espérons, plus claires et qu'on puisse, si possible, éventuellement, continuer à le faire», a déclaré François Dumas, pédiatre à la Clinique pédiatrique Sainte-Foy.

Les parents devront donc se tourner vers les CLSC. Si certains y ont accès facilement d'autres devront attendre plusieurs semaines pour obtenir un rendez-vous.

«Quand on écrit une loi sur l'abolition des frais accessoires, ça veut dire qu'il ne peut pas y avoir de frais aux points de service, a déclaré le ministre de la Santé, Gaétan Barrette. Pas possible. Mais ça crée des situations qui sont... que je qualifierais de malheureuses. Moi, j'avise la population que, quand on fait des lois qui sont le résultat de pressions populaires qui, elles-mêmes, ne sont pas réfléchies, ça peut donner ça. Et on adaptera les choses en fonction des commentaires que la population fera.»

«Je pense qu'on le faisait bien en complémentarité avec la santé publique, ajoute M. Dumas. C'est un service qu'on offrait à notre clientèle qui était bien apprécié. Je pense que c'est un "service plus"  qui va, malheureusement, peut-être incomber davantage aux CLSC dans les prochaines semaines ou prochains mois. En espérant qu'il n'y aura pas de retard dans la vaccination.»

 

Dans la même catégorie