/finance/homepage

Air Canada. WestJet et Porter respectent le décret de Trump

Michel Bellemare

 - Agence QMI

Air Canada, WestJet et Porter Airlines ont indiqué samedi que les personnes détenant des passeports des sept pays musulmans visés par le décret signé par le président américain Donald Trump vendredi ne peuvent monter à bord de leurs vols à destination des États-Unis.

Les sept pays visés par le décret américain sont l’Iran, l’Irak, la Libye, la Somalie, le Soudan, la Syrie et le Yémen.

Sur son site internet, WestJet a indiqué que les voyageurs utilisant un passeport d’un de ces sept pays «sont interdits d’entrer ou de transiter aux États-Unis pour au moins 90 jours». «Les visas d’immigrant et de non-immigration émis pour ces passeports ont été révoqués», a indiqué la compagnie de Calgary, ajoutant qu’elle n’appliquera pas, temporairement, sa politique de frais pour les changements et les annulations effectués par ses clients affectés par la mesure.

«Nous offrirons un remboursement pour le plein montant payé» dans le cas d’une réservation annulée, a précisé WestJet. Pour un changement de destination, la compagnie demandera aux clients de payer la différence de prix si le nouveau tarif est plus élevé, et donnera un crédit si le nouveau tarif est moindre.

Samedi après-midi, l’AFP rapportait que WestJet a dû refuser un passager à destination des États-Unis depuis l’entrée en vigueur du décret (ce samedi), sans toutefois préciser le pays d'origine du passager.

Pour ce qui est d’Air Canada, la porte-parole Isabelle Arthur a indiqué dans un courriel à l’Agence QMI qu’«à l'instar des autres transporteurs, nous devons nous assurer que les passagers ont les documents exigés pour entrer dans leur pays de destination ou y transiter».

«Les ressortissants de ces pays ne sont pas autorisés à entrer aux États-Unis. Nous avons mis en œuvre une politique de modification de réservation qui prévoit l'annulation des frais de modification et permet le remboursement. [...] Nous nous attendons à ce que cette situation ne touche qu'un très petit nombre de nos passagers. Les demandes de renseignements concernant les nouvelles règles doivent être adressées aux autorités.»

Ces changements à la politique américaine ont fait l’objet de plusieurs interrogations dans les médias et médias sociaux samedi. Plusieurs ont demandé si les voyageurs détenteurs de deux nationalités - dont une figurant dans la liste des sept pays visés par le décret - sont affectés par l’interdiction en sol américain.

Le réseau Global News, citant une information obtenue du département d’État américain, a rapporté samedi que «les voyageurs qui ont la citoyenneté ou la double citoyenneté d’un de ces pays ne seront pas autorisés à entrer sur le territoire des États-Unis pendant 90 jours ou se voir accorder un visa d’immigrant ou de non immigrant». «Le décret ne devrait pas affecter du tout les Américains détenteurs d’une double citoyenneté», a ajouté Global, citant, toujours, le département d’État.

Dans la même catégorie