/news/currentevents

Ligoté dans son propre commerce

Jonathan Roberge | TVA Nouvelles

Gaétan Deschesnes fermait boutique dimanche quand deux voleurs ont fait irruption dans son dépanneur de Sainte-Cécile-de-Lévrard.

Les malfaiteurs se sont dirigés vers le frigidaire à bière pour attirer son attention. Lorsqu’il s’est approché d’eux, on lui a pointé une arme de chasse au visage.

«Le premier m’a attaché les mains, l’autre a fermé la porte. Ils voulaient fermer les lumières.»

Ils ont utilisé des attaches en plastiques pour lui lier les mains et l’ont trainé de force dans la maison qui communique avec le commerce.

«Ils m’ont attaché sur une chaise; j’ai réussi à me libérer et appeler le 911.»

Les voleurs étaient gantés et cagoulés. Avec leurs lunettes de soleil, ils étaient impossibles à identifier.

Avant de prendre la fuite, les voleurs ont pris un bac de récupération et l’ont rempli de paquets de cigarettes. Ils ont quitté les lieux avec 3000 $ de tabac. C’est à peu près tout ce qu’ils avaient à se mettre sous la main.

«Eux, ils cherchaient de l’argent, mais de l’argent il y en a plus! Tout le monde paie par carte. En plus, le dimanche, c’est une petite journée.»

Loin d’être ébranlé, Gaétan Deschenes était de retour au travail moins de 12 heures plus tard.

«Quand tu es propriétaire d’un dépanneur et que tu travailles dans les heures critiques, tu dois t’attendre à ce que quelque chose comme ça arrive. Ça fait partie de la vie. Il manquait ça sur mon CV. C’est fait!»