/regional/estduquebec/basstlaurent

Fraude: un emploi trop beau pour être vrai

Un salaire de 1200 $ par semaine pour un poste de gestionnaire des opérations à temps partiel a séduit un Rimouskois qui a toutefois flairé, en cours de route, qu’on essayait de l’arnaquer.

Après un processus d'embauche pour l’entreprise Inverness Investment, le candidat, qui souhaite garder l’anonymat, s’est vu demander son numéro de carte de crédit.

«J’ai commencé à avoir des doutes quand on m’a demandé mon numéro de carte de crédit. Je ne savais pas si je pouvais faire confiance. Je trouvais ça un peu bizarre» explique-t-il.

Les personnes visées par ce stratagème croient recevoir d'importantes sommes d'argent qu'ils doivent ensuite réacheminer sous forme de transferts bancaires. Dans le cas du candidat anonyme, on lui a demandé de transférer les milliers de dollars sur sa carte de crédit vers une destination en Turquie. La banque a bloqué les fonds.

«La banque a pensé que c’était une fraude. La sécurité publique m’a dit que c’était une super fraude ou du blanchiment d’argent.»

Sur son site web, l'entreprise dit avoir pignon sur rue au 1020 rue Bouvier à Québec. Les propriétaires de l’endroit, le Groupe Dallaire, confirment n’en avoir jamais entendu parler.

«L’entreprise est totalement inexistante de notre liste de clients. Elle est aussi physiquement inexistante au lieu qu’elle prétend occuper», a affirmé Stéphane Michaud, le vice-président aux communications du Groupe Dallaire.

Selon le chroniqueur François Charron, les fraudeurs développent de nouvelles méthodes pour arriver à leurs fins.

«Au début d’Internet, ce qu’on a connu surtout, c’était de l’hameçonnage. On laissait des lignes à l’eau pour accrocher des poissons et les frauder. Maintenant, on fait du harponnage. Cela veut dire qu’on vise quelqu’un, on vise avec un harpon, et on tire sur la victime. On s’est donc renseignés sur la victime et on savait qui on attaquait.»

À la Caisse populaire Desjardins, on recense jusqu'à maintenant deux personnes qui ont été piégées par l'entreprise Inverness Investment.