/regional/homepage

Mascouche blâme le fédéral et demande l’aide de Philippe Couillard

Tentant d’empêcher la destruction d’arbres et de milieux humides pour la construction d’un aérodrome privé, la Ville de Mascouche a critiqué le gouvernement de Justin Trudeau à la suite d’une défaite devant les tribunaux.

La Cour supérieure a débouté mercredi la municipalité, qui voulait empêcher les travaux de déboisement pour la construction d’un aérodrome privé en vertu de la Loi sur la qualité de l’environnement du Québec, puisque l’aéronautique est de juridiction fédérale.

Le maire de Mascouche Guillaume Tremblay s’est dit «surpris et déçu de la position du gouvernement fédéral» dans ce dossier.

«Le fédéral demande aux promoteurs d’aérodrome, par le biais de consultations publiques et d’études de faisabilité, de s’entendre avec toutes les parties concernées sur le plan local et régional, de s’assurer de l’acceptabilité sociale, du respect et de la quiétude des résidents touchés par leur projet, mais leur dit de l’autre côté de la bouche qu’ils n’ont pas à respecter les lois et règlements provinciaux et municipaux. Un non-sens», a affirmé le maire dans une déclaration publiée sur le site internet de la municipalité située au nord-est de Montréal.

S’avouant impuissant, le maire a demandé au premier ministre Philippe Couillard d’intervenir auprès du ministre fédéral des Transports, Marc Garneau.

«Je considère que le gouvernement du Québec doit prendre le bâton du pèlerin et élever ce débat jusqu’à la Chambre des communes», a-t-il dit.

Le maire Guillaume Tremblay compte sur l’appui du député caquiste de Masson, Mathieu Lemay, ainsi que le député bloquiste de Montcalm, Luc Thériault.

Promoteurs satisfaits

De leurs côtés, les promoteurs de l’aérodrome privé se sont réjouis de ce jugement.

«Dès la décision du ministre [fédéral des Transports] Marc Garneau, nous avons invité la Ville de Mascouche et le ministère de l’Environnement du Québec pour entamer une discussion. La Ville a refusé. Nous avons tout de même rencontré les responsables du ministère et leur avons proposé de modifier quelque peu nos plans pour sauvegarder un milieu humide de grande valeur à Terrebonne et pour conserver un couloir forestier qui connecte avec le boisé», a mentionné Yvan Albert, représentant de la Corporation de l’aéroport de Mascouche, au journal local «La Revue».

M. Albert a précisé qu’une rencontre entre les partenaires à l’origine du projet aura bientôt lieu pour déterminer la reprise du déboisement.

Dans la même catégorie