/news/law

Pas d'accusation contre Gerry Sklavounos

Agence QMI

Le député libéral Gerry Sklavounos ne sera pas accusé d’agression sexuelle contre Alice Paquet qui l’avait dénoncé publiquement, a annoncé le Directeur des poursuites criminelles et pénales (DPCP), jeudi. Le DPCP a conclu «qu’aucun acte criminel n’a été commis».

«Avant de rendre publique cette décision, la plaignante a été rencontrée afin de l’informer du résultat de l’analyse du dossier et de lui expliquer les motifs qui sous-tendent cette décision», a expliqué le DPCP.

Alice Paquet avait créé la commotion en octobre dernier en affirmant publiquement avoir été agressée par Gerry Sklavounos. Elle était hôtesse au Louis-Hébert à Québec où le député libéral de Laurier-Dorion, maintenant indépendant, était un habitué du restaurant et occupait une chambre quand il siégeait à l’Assemblée nationale.

D’après ce qu’elle alléguait, le politicien de 39 ans à l’époque l’aurait invitée à sa chambre après une soirée bien arrosée en juillet 2014. Ils se seraient embrassés, mais elle n’a pas voulu aller plus loin. Sklavounos l’aurait alors agressée sexuellement, selon Alice Paquet.

La jeune fille serait retournée à la chambre du député deux semaines plus tard afin, dit-elle, d’y obtenir des explications. Gerry Sklavounos l’aurait alors battue toujours selon ce qu’elle a affirmé entre autres au «Journal de Québec».

Toutefois, sa crédibilité avait été entachée puisqu’elle s’était contredite lorsqu’elle a parlé de cette affaire aux médias. Elle avait notamment affirmé qu’elle avait eu des points de suture et qu’on lui avait fait passer un examen médical, ce qu’elle avait ensuite nié.

Quant au député, il avait été suspendu du caucus libéral quelques jours après les allégations d’Alice Paquet en octobre. Il avait ensuite pris un congé de maladie.

Sklavounos soulagé

Le député a réagi sur Facebook en accueillant cette décision avec «soulagement et satisfaction».

«Dès le premier instant, j'ai maintenu mon innocence qui se voit aujourd'hui confirmée par cette décision», a-t-il affirmé.

«J'aimerais aussi exprimer ma gratitude au Service de police de la Ville de Québec et au DPCP pour leur travail professionnel, rigoureux et impartial. Cette affaire maintenant close, je compte reprendre pleinement, et le plus rapidement possible, mes activités au nom des citoyens de Laurier-Dorion qui m'ont accordé ce quatrième mandat de les représenter à l'Assemblée nationale», a ajouté Gerry Sklavounos.

Paquet réagit

Lorsqu'elle a été contactée par TVA Nouvelles à la suite de la décision du DPCP, Alice Paquet a fait une courte déclaration par message texte.

«Je veux vivre ça avec ma famille, c'est tout ce que je peux dire. Merci de m'avoir toujours respectée», a-t-elle écrit.

Dans la même catégorie