/news/currentevents

Propos haineux envers les musulmans: Padula remis en liberté

TVA Nouvelles

Antonio Padula, ce Montréalais arrêté mardi pour propos haineux envers les musulmans, a été remis en liberté après une évaluation psychologique.

Mercredi, la Couronne s’était opposée à sa remise en liberté, mais une évaluation psychologique par un criminologue de l’Institut Pinel a statué que l’homme ne représentait pas un danger pour la société.

L’homme sans antécédent judiciaire devra respecter plusieurs conditions, dont celle de ne pas utiliser internet, de garder la paix, de rencontrer un médecin et de verser une caution de 1500$.

Le père de famille fait toujours face à deux chefs d’accusation : incitation à la haine et menaces. ll sera de retour en cour le 9 mars prochain.

Padula aurait invité ses 63 abonnés sur Twitter à prendre les armes et «tuer tous les musulmans». Sous le pseudonyme Hermit Spirit, Padula aurait aussi souhaité exterminer tous les réfugiés avant qu’ils viennent «violer nos familles», «violer nos femmes» et «marier nos bébés».

Selon l’avocat criminaliste Walid Hijazi, Padula s’expose à une peine assez sérieuse : «l’accusation de menace est quand même très grave et passible d’un emprisonnement maximum de 5 ans. Il est également accusé d’avoir fomenté la haine [...] ça viendrait avec un emprisonnement maximal de deux ans».

Le juriste souligne aussi que ce genre de comportement se veut fort différent d’une conversation «en personne».

«Ce n’est pas assimilable à une conversation privée. Deux personnes chez eux peuvent dire ce qu’ils veulent. Ce n’est pas sympathique, mais ce n’est pas criminel», explique Walid Hijazi. «Lorsqu’on s’exprime sur internet on est dans un espace public et on se met à risque de se faire accusé», ajoute-t-il.

Le SPVM a reçu au moins une trentaine de plaintes pour des propos haineux tenus sur les médias sociaux. Plusieurs autres cas font l'objet d'enquêtes au Québec, entre autres au Saguenay et à Saint-Léonard.

 

 

Dans la même catégorie