/regional/montreal/montreal

Les toilettes à 3 millions $ compromises?

Marie Christine Trottier | Agence QMI

Toilettes

PHOTO COURTOISIE

Le maire Denis Coderre veut s'assurer que l'unique firme à avoir soumissionné au projet de toilettes publiques à 3 millions $ soit conforme avant d'aller de l'avant puisqu'il ignorait qu'un des dirigeants de cette entreprise avait déjà versé des pots-de-vin pour obtenir des contrats publics.

«Ça adonne bien, on n'a pas donné le contrat encore. On va voir avec le comité technique de conformité et s’il y a des choses qui n'ont pas d'allure, je vais être le premier à tirer la plogue», a affirmé lundi le maire Coderre.

Le Journal de Montréal révélait lundi matin qu'un des dirigeants de la firme Imagineo a déjà versé des pots-de-vin pour obtenir des contrats publics et produit des fausses factures. Une des filiales de cette entreprise, Atmosphäre, est la seule entreprise à avoir soumissionné à l'appel d'offres de Montréal pour construire 12 toilettes autonettoyantes coûtant chacune plus de 257 000$.

«Au Conseil du trésor, on ne nous avait pas dit que cette firme-là n'était peut-être pas conforme et que, dans le passé, il y avait eu des fausses factures», a indiqué Coderre.

Rappelant que le contrat de 3,1 millions $ n'a pas encore été attribué, le maire soutient que le comité technique chargé de l'évaluation de la soumission tiendra compte des éléments dévoilés par le Journal de Montréal.

«C'est très sérieux, et ce n'est pas la première fois que j'ai retiré des contrats. Mon rôle c'est de m'assurer qu'on protège les intérêts des Montréalais. On combat la corruption et la collusion», a rappelé Coderre, soulignant au passage qu’il ne défendra pas l'indéfendable.

«Inadmissible»

De son côté, Projet Montréal réclame l’annulation immédiate de l’appel d’offres pour l’achat de 12 toilettes publiques.

«Il y a encore du travail à faire pour assainir les mœurs politiques à Montréal. L’idée même d’accorder un contrat à une entreprise sous enquête de l’UPAC et de Revenu Québec est inadmissible», croit Valérie Plante, chef de l’opposition officielle.

Elle soutient que l'octroi de ce contrat «constituerait une grave erreur», et que si le maire refuse d'annuler l'appel d'offres, elle demandera au Bureau de l'inspecteur général d'étudier le dossier.

Encore retardé?

Rappelons que ce projet de toilettes publiques a déjà été retardé à quelques reprises depuis qu'il a été annoncé, en 2015. Le premier appel d'offres, publié en mars 2016, n’a eu aucune réponse. Le projet a par la suite été scindé en trois nouveaux appels d’offres pour des services d’architecture, d'ingénierie et pour fournir les toilettes.

Ce dernier appel d'offres devait se terminer le 21 décembre, mais la date d’ouverture des enveloppes a été reportée deux fois avant que ne soumissionne Atmosphäre.

Dans la même catégorie