/regional/estduquebec/basstlaurent

Le gel du financement des organismes dénoncé

TVA Nouvelles

Dans le cadre de la campagne «Engagez-vous pour le communautaire», une trentaine de personnes ont distribué des tracts, mardi midi, au centre-ville de Rimouski, afin de dénoncer le gel du financement des organismes communautaires qui sévit depuis dix ans.

Cette action qui se déroulait simultanément à Rimouski et à Québec a pour but d'interpeller le ministre des Finances, Carlos Leitao, sur l'impact dramatique du sous-financement au sein de notre société.

Quelque 4000 organismes communautaires autonomes québécois réclament un réinvestissement massif de 475 millions de dollars supplémentaires pour réaliser pleinement leur mission, ce qui constitue moins de 1 % du budget  des dépenses de programmes du gouvernement.

«Aujourd’hui, on veut sensibiliser la population de l’importance de réinvestir dans nos organismes communautaires, clame Pascale Parent, intervenante au CALACS de Rimouski. On est obligé de dire non à des personnes et à des projets parce qu’on manque d’investissements. Maintenant, c’est assez.»

Sous-financement chronique

Au Bas-Saint-Laurent, le manque à gagner est de plus de 20 millions de dollars pour environ 170 organismes communautaires autonomes. Ce sous-financement chronique a pour conséquence d’entraîner l’épuisement des équipes de travail.

Cela empêche également les organismes de venir en aide aux personnes les plus pauvres de notre société. Le visage de la pauvreté a changé et les gens travaillent dans des conditions de plus en plus précaires comme l’explique Guy Labonté, coordonnateur pour le Regroupement contre l'appauvrissement.

«Ça cause des pertes d’emploi et des problèmes de santé aussi, dit-il.

Ces gens-là n’ont pas d’assurances collectives, ils ne sont pas syndiqués, ils n’ont pas de sécurité d’emploi. Depuis dix ans, la situation se détériore pour les travailleurs et, à l’inverse, les personnes les plus riches ont des baisses d’impôts. De là les écarts de richesse.»