/news/society

«Petite enfance, grande importance».

Lutter contre le décrochage dès la petite enfance

TVA Nouvelles

Puisqu’il n'est jamais trop tôt pour lutter contre le décrochage scolaire, des garderies en milieux défavorisés offrent maintenant un programme éducatif enrichi.

Martine Champagne travaille auprès des tout-petits depuis 27 ans. Son CPE, le Joyeux Caroussel, situé dans le sud-ouest de Montréal, participe actuellement au projet «Petite enfance, grande importance».

«Ça va nous donner davantage d'outils, c'est sûr et certain, parce que dans le fond, les gens viennent nous observer, viennent nous voir, dit-elle. Ils regardent de quelle manière on travaille.»

Le projet vise à offrir aux enfants un environnement éducatif stimulant, adapté aux besoins de chacun. Au Joyeux Carrousel, 40% des enfants sont issus de l'immigration.

«Que l'enfant soit exposé, effectivement, à des chiffres, à des lettres, à des écrits, à des images, ce sont toutes des conditions gagnantes pour favoriser cette égalité des chances et avoir un parcours scolaire réussi», explique Thérésa Bernier, personne ressource pour le programme «Petite enfance, grande importance.»

Le projet de trois ans, financé par l'organisme Avenir d'enfants, veut accroître les chances de réussite.

«Le décrochage scolaire, c'est un phénomène qui prend ses racines des fois très tôt dans le parcours d'un jeune, soutient Andrée Mayer-Périard, porte-parole des Journées de la persévérance scolaire. Il y autant d'histoires qu'il y a de décrocheurs, et c'est important d'agir tôt. On sait que d'intervenir dans des milieux défavorisés et d'intervenir d'une façon précoce, augmente considérablement les chances de réussite de ces enfants.»

Pour les centres de la petite enfance, c'est une ressource qui arrive à point.

«Vous savez qu'avec les coupures qu'on a eues au ministère de la Famille et de l'enfance, il y a peut-être plusieurs CPE qui ont été obligé de couper dans certains secteurs, ajoute Éric Guindon, directeur général du CPE Le Joyeux Carroussel. Donc, ce projet-là vient comme mettre un baume sur la qualité des services.»

«Il y a eu un désinvestissement ces dernières années, enchaîne Louis Sénécal, pdg de l’Association québécoise des CPE. Alors, quand on arrive avec des programmes comme ceux-là, c'est évident qu'on fait une différence remarquable.»

«Petite enfance, grande importance» sera implanté dans 80 CPE au cours des prochains mois.

Dans la même catégorie