/news/society

Le plus beau cadeau de Saint-Valentin pour une petite fille

Geneviève Paradis | TVA Nouvelles

Une petite fille de 5 ans de Longueuil a certainement eu le plus beau des cadeaux pour la Saint-Valentin. Léa Gauthier a appris aujourd’hui qu’elle était officiellement en rémission d’un cancer extrêmement rare, découvert alors qu’elle n’avait que quatre mois.

Son père Jean-François Gauthier a fait parvenir une photo touchante sur la page Facebook de TVA Nouvelles sur laquelle on voit Léa tenir une affiche en remerciant le chirurgien qui lui a fort probablement sauvé la vie. «C’est comme une deuxième naissance c’est formidable», a raconté son père en entrevue à TVAnouvelles.ca.

Lea

Léa n’avait que quatre mois lorsque ses parents ont découvert une masse importante sous l’aisselle, du côté du cœur. «À cet âge-là, on passe notre temps à prendre le bébé sous les bras, c’est comme ça qu’on a remarqué qu’il y avait une bosse», a expliqué le papa de Léa, Jean-François Gauthier.

M. Gauthier et sa conjointe Nadia Denis, ont rapidement consulté aux urgences d’un hôpital généraliste. Les médecins qui ont observé le nourrisson ne sont pas inquiétés outre mesure. Les parents ont été renvoyés chez eux.

Trois semaines plus tard, la masse était devenue grosse «comme une patate», et le cancer très agressif. Inquiet, le couple s’est précipité chez leur pédiatre. Celui-ci a immédiatement référé la petite Léa à l’Hôpital de Montréal pour enfants en urgence.

La petite famille de Longueuil s’est rendue rapidement à cet hôpital anglophone, où une batterie de tests a été menée.

Le diagnostic est tombé rapidement, le 31 octobre 2012. Léa était atteinte soit d’un fibrosarcome ou d’un ostéosarcome, cancers extrêmement rares, qui touchent habituellement les préadolescents et jeunes adultes. Le coureur Terry Fox, notamment, était atteint d’un ostéosarcome.

Des tests plus poussés ont confirmé que Léa était touchée par un fibrosarcome, moins invasif que l’ostéosarcome.

«Merci au personnel!»

L’oncologue pédiatrique, le Dr John J. Mitchell et le chirurgien pédiatrique le Dr Pramod S. Puligandla, du Montreal Children se sont consultés sur le traitement idéal pour un bébé de 4 mois et demi.

La petite Léa n’aura pas eu à subir de chimiothérapie. Elle a été opérée.

La chirurgie n’a toutefois pas permis d’enlever le cancer en totalité. «Une masse a été éliminée complètement et une autre est restée ''positive'', mais elle n’est pas maligne», précise son père.

Léa continuera à vivre avec cette masse, et est suivie par son pédiatre.

C’est le 14 février 2017, à l’âge de cinq ans et demi que la petite est officiellement en rémission. Elle aura certainement reçu le plus beau des cadeaux pour la Saint-Valentin.

Mais le père de Léa veut redonner, et remercier ceux qui ont sauvé sa fille, et qui les ont soutenus pendant cette dure épreuve.

Jean-François Gauthier ne tarit pas d’éloges à l’endroit «du meilleur hôpital». Il insiste sur le fait que tout le personnel de l’hôpital a épaulé la famille, et ce, de toutes les façons possibles, il tient aujourd’hui à les remercier du plus profond de son cœur.

«Je leur lève mon chapeau. On s’est fait encadrer comme jamais. Toutes les personnes, tous les intervenants étaient là pour nous. On n’est pas parfaitement bilingues, mais ils ont tout fait pour nous aider. Je veux remercier les docteurs John J. Mitchell et le Dr Puligandla, mais aussi les infirmières, les bénévoles, les intervenants et même les secrétaires qui ont été vraiment extraordinaires. Ce sont des gens de cœur», conclut M. Gauthier.