/news/society

Joe Dassin aux profits des enfants malades

Jonathan Roberge | TVA Nouvelles

Avec la Fondation Zahria, une Shawiniganaise qui a dû trimer dur pour joindre les deux bouts alors que son enfant était hospitalisée à Sainte-Justine redonne au suivant.

Julie St-Onge juge que le gouvernement n'en fait pas suffisamment pour les mères qui restent au chevet de leur enfant malade.

Sa fille Zarhia n'était au monde que depuis 5 minutes lorsqu'on l'a opérée pour une première fois.

«Ses intestins étaient sortis de son abdomen. Ils les ont remis dans son ventre. Six semaines plus tard, ils ont détecté qu’une bactérie avait fait pourrir 171 cm de son intestin», explique sa mère Julie.

La petite a dû subir une autre opération.

Durant quatre ans, la fillette a dû être gavée plusieurs fois par jour. L'hôpital est devenu sa deuxième maison.

«J'étais 100% du temps avec elle. Je ne pouvais pas travailler comme je le voulais avec des besoins de soins, d’injections, de changements de pansement, d’aller à certains rendez-vous au CLSC.»

Les parents qui doivent composer avec une telle situation peuvent recevoir jusqu'à 12 000 $ du gouvernement.

L’histoire de cette famille n’est pas unique, ce pour quoi est née Fondation Zahria.