/news/politics

L'enquête doit être menée par la SQ, croit Couillard

Nicolas Lachance | Agence QMI 

Le gouvernement Couillard soutient que la Sûreté du Québec (SQ) est la meilleure brigade pour enquêter sur la «crise» au Service de police de la Ville de Montréal et refuse de mandater le Bureau des enquêtes indépendantes.

À la suite du reportage de l’émission «J.E.», qui a révélé que le SPVM aurait fabriqué de la preuve contre ses policiers, le directeur du Service de police de la Ville de Montréal (SPVM), Philippe Pichet, s’est entretenu au téléphone avec son homologue de la Sûreté du Québec, Martin Prud’homme. Il lui a demandé d’ouvrir une enquête sur les dossiers menés par la Division des affaires internes.

Le premier ministre du Québec a soutenu que «la décision de confier rapidement l’enquête à la Sûreté du Québec est la bonne», ajoutant que le Bureau des enquêtes indépendantes n’a pas le mandat de se pencher sur ce type de situation. «Il pourrait l’avoir par mandat ou décret spécial, mais son mandat n’est pas ça. Je pense qu’on doit faire confiance ici à la Sûreté du Québec comme dans d’autres circonstances», a-t-il dit.

Furieux contre les oppositions qui réclament une enquête menée par le Bureau des enquêtes indépendantes (BEI), le ministre de la Sécurité publique, Martin Coiteux, a martelé que la SQ était la mieux placée pour gérer l’enquête. «Ils ont les ressources et ils sont capables de le faire en toute indépendance, a assuré le ministre. Il fallait que cette enquête-là soit prise en charge rapidement, par les meilleurs et les mieux placés pour le faire.»

L’opposition veut absolument le BEI

Néanmoins, les trois partis d’opposition ne lâchent pas le morceau et trouvent absurde que la «police puisse enquêter sur la police». Le PQ et la CAQ réclament une enquête menée par BEI, et ce, même si le ministre de la Sécurité publique soutient que l’organisme «n’a pas été constitué pour faire ça» et que les enquêteurs ne sont pas formés pour ce type d’enquêtes.

Le chef de l’opposition officielle, Jean-François Lisée a parlé d’un «problème systémique dans l’organisation du SPVM» pour lequel il doit y avoir «un examen indépendant».

Il croit que le ministre de la Sécurité publique doit intervenir afin de réclamer une enquête du BEI. «Il (BEI) a le pouvoir, si le ministre le demande, d’enquêter sur tous les sujets», croit M. Lisée.

Même son de cloche du chef de la CAQ François Legault: le gouvernement doit reculer et donner le mandat au BEI. « Ça va peut-être prendre une semaine encore au gouvernement Couillard pour reculer, mais il doit reculer puis il doit donner l'enquête au bureau», a-t-il dit.

Amir Khadir de Québec solidaire va encore plus loin et désire qu’une enquête publique indépendante sur les problèmes du SPVM soit déclenchée.

Dans la même catégorie