/finance/homepage

Une baisse d’impôt pour les plus riches décriée par l’opposition

Charles Lecavalier | Agence QMI 

Le gouvernement Couillard est toujours sur le grill en raison de sa volonté de rehausser le seuil d’admissibilité du crédit d’impôt sur l’âge alors qu’il annonce une baisse d’impôt pour les dirigeants d’entreprise.

Le gouvernement est vertement critiqué depuis la semaine dernière pour avoir haussé l’âge d’admissibilité au «crédit d’impôt en raison de l’âge», qui peut atteindre près de 500 $ cette année. Les personnes nées après 1951 n’y auront plus droit avant d’avoir 70 ans, contrairement à 65 ans auparavant. Cette compression finançait un nouveau crédit d’impôt pour inciter les personnes de plus de 62 ans à rester au travail.

Durant la période de questions, le ministre des Finances Carlos Leitao s’est engagé en chambre à ne pas pénaliser les aînés les plus défavorisés. Il a affirmé que des mesures de compensation seraient annoncées au budget et qu’il songeait même à remettre à plus tard la réforme.

«Je m’engage ici, il n’y aura pas un seul aîné vulnérable qui sera affecté par la décision qui a été prise», a-t-il lancé.

«Nous allons nous en souvenir»

Peine perdue: les groupes de défense des personnes âgées disent avoir perdu confiance et demandent un retrait inconditionnel. Judith Gagnon, de l'Association québécoise de défense des droits des personnes retraitées, pense qu’il y aura des conséquences politiques. «Nous sommes nombreux, nous allons nous en souvenir. On a de la mémoire, on n’a pas de perte cognitive. On n’a plus de confiance. Ça va avoir, à long terme, un impact majeur, je vous le dis», a-t-elle lancé.

Pour Danis Prud’homme, du réseau FADOQ, si Québec ne corrige pas son erreur, «il vient d’envoyer un message politique très fort qu’il n’en a rien à cirer de la population».

Le Parti québécois a pour sa part fait un lien entre cette décision et la baisse d’impôt annoncé mardi matin pour les dirigeants d’entreprise. «Pour les 500 $ qu’on veut enlever aux aînés, ce n’est pas pressé, on va attendre le budget. Mais ce qui est pressé aujourd’hui c’est d’annoncer le plus grand cadeau [...] au 0,1 % les plus riches du Québec», a dénoncé Jean-François Lisée.

Philippe Couillard a annoncé plus tôt en matinée un allègement fiscal pour les dirigeants d’entreprise afin de les inciter à rester au Québec ou à y revenir. La déduction pour l’imposition des gains en capitaux sautera de 25 % à 50 %, une «harmonisation» avec les politiques en vigueur dans le reste du Canada.

Pour le chef péquiste Jean-François Lisée, cette décision est indéfendable. «Pour chaque million de dollars d’options d’achat, on va donner 60 000 $. 60 000 $ d’impôt en moins pour les millionnaires et quelques milliardaires québécois. Ça, c’est urgent. Ça, il fallait faire ça aujourd’hui», a-t-il dénoncé.

Le député de Québec solidaire Amir Khadir a lui aussi critiqué cette décision. «Il n’y a aucune limite à l’indécence de ce gouvernement», a-t-il déploré sur les médias sociaux.

Dans la même catégorie