/news/world

Mais quelle guerre Donald Trump prépare-t-il?

Donald Trump veut augmenter les dépenses militaires de 54 milliards de dollars au détriment de l’aide étrangère.

Le président américain a parlé de budget «de sécurité nationale» et a réitéré sa «promesse de protéger les Américains».

«Sachez que le budget total des dépenses militaires du Canada est de 21 [milliards], souligne Luc Lavoie, à l’émission «La Joute». À elle seule, l’augmentation est trois fois plus élevée que notre budget total ici.»

Les États-Unis possèdent l’armée la plus puissante jamais assemblée dans l’histoire de l’humanité, relève-t-il. «Et là, il dit qu’il faut se mettre à gagner des guerres. Mais quelle guerre, de quoi parle-t-il? Comment aurait-il pu gagner en Irak, ça ne se gagne pas une guerre en Irak, ils ne sont même pas capables de définir ce qu’est la victoire en Irak, même chose en Afghanistan.»

Mais quelle est la menace que M. Trump redoute tant, se questionne Bernard Drainville, notant l’énorme différence entre les Américains et le pays qui arrive au deuxième rang pour l’importance du budget militaire.

«Les États-Unis sont à 600 milliards, ils montent à 650 milliards. La Chine est à combien, pensez-vous? À 200 milliards de budget militaire, soit trois fois moins que les États-Unis. Elle va sans doute les remonter elle aussi», dit-il.

La Guerre froide est finie

À l’époque de Ronald Reagan et de la Guerre froide, Américains et Soviétiques dépensaient des sommes colossales pour maintenir l’équilibre entre les deux puissances. Puis, nos voisins du Sud ont ouvert la machine et en augmentant considérablement leurs dépenses, rappelle Luc Lavoie, faisant le pari que leurs rivaux ne pourraient plus suivre la cadence.

«Là-dessus, Reagan avait eu raison, le mur de Berlin est tombé et la Guerre froide a pris fin», précise-t-il, en insistant sur le fait qu’en 2017, la situation n’a rien de comparable.

Bernard Drainville pense aussi que le Donald Trump ignore pour le moment à quelle guerre il veut s’attaquer, mais l’analyste à «La Joute» estime qu’on a affaire à un président «qui va se chercher une guerre». Reste à voir si l’occupant de la Maison-Blanche ciblera la Corée du Nord, l’Iran ou tout autre pays qu’il juge susceptible de menacer son pays.

Chose certaine, en ajoutant 54 milliards au budget déjà faramineux de son armée, Donald Trump devra imposer des restrictions dans l’ensemble des autres programmes.

«Il va diminuer quoi pour aller chercher cet argent-là», se demande Bernard Drainville, qui estime que les dépenses en santé, l’Obamacre, feront inévitablement les frais du prochain exercice budgétaire.

L’intention annoncée par le président américain est d’autant plus mesquine, soulève Luc Lavoie, que celle-ci s’accompagne de la décision d’éliminer presque entièrement le budget de l’aide étrangère.

Dans la même catégorie

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.