/news/society

«C’est une connerie bureaucratique»

Des parents de la Montérégie qui souhaitaient profiter de la relâche scolaire pour repeindre l’école de leurs enfants sont furieux après avoir dû abandonner leurs travaux.

La Commission de la construction du Québec (CCQ) a coupé net à leur bel élan communautaire en ordonnant hier l’arrêt des travaux à la suite d’une plainte.

«Je trouve ça complètement inconcevable que la CCQ puisse stopper comme ça les travaux qui sont faits 100% bénévolement», lance une mère de famille qui faisait partie du groupe de bénévoles.

Le chroniqueur politique Bernard Drainville estime qu’il ne s’agit pas d’un problème de règles, mais plutôt d’un mauvais jugement quant à leur application. «C’est une connerie bureaucratique. Si on les laisse aller, ça veut dire qu’on ne peut plus faire de bénévolat. Ça veut dire qu’un cultivateur qui passe au feu ne peut plus recevoir l’aide des autres cultivateurs pour rebâtir sa grange dans ce qui s’appelle une corvée, pourtant une belle tradition dans nos campagnes», a-t-il relaté à l’émission «La Joute», à LCN.

«C’est tellement imbécile que je dois me parler pour ne pas me mettre à sacrer. Les parents sont prêts à donner du temps bénévolement pour les enfants, les écoles et là, des bureaucrates débarquent et disent aux parents qu’ils ne peuvent repeindre l’école de leurs enfants. Ça n’a tellement pas de bon sens», déplore-t-il.

Luc Lavoie est aussi indigné que son acolyte à «La Joute». Il trouve cependant qu'il y a un excès de règles. «Qui sont ces inspecteurs? D’où sortent-ils? Ils viennent dire à des gens qu’ils ne peuvent pas repeindre l’école de leurs enfants. Non, il y a un syndicat, une règle, une commission et un bureaucrate avec son petit frigo, son lave-vaisselle et son téléphone intelligent. Enlève les règles et les inspecteurs vont disparaître.»

Rappelant une histoire de don pour une cour d’école à Longueuil, à laquelle il a été impliqué à titre de député, Bernard Drainville juge que par moments, «la bureaucratie est décourageante au Québec».

La province «étouffe dans une mer de bureaucratie», renchérit Luc Lavoie. Sa suggestion: s’il était ministre, il prendrait un pinceau et inviterait les parents à venir à l’école avec lui pour peinturer les classes.

La présidente de la CCQ, Diane Lemieux, est imputable et devrait s’expliquer à ce sujet, affirme Bernard Drainville. «Dans les faits, on prend des règles conçues pour des chantiers de construction, mais on applique ça à un petit projet communautaire dans une école avec des parents bénévoles.

Voyez dans la vidéo ci-dessus un extrait de l’émission «La Joute».

Dans la même catégorie

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.