/news/law

Ils réclament 3,55 M$ à la garderie où leur fille aurait été secouée

MARTIN ALARIE/JOURNAL DE MONTRÉAL

Deux responsables d’une garderie déjà accusés au criminel pour un bébé secoué sont maintenant poursuivis par les parents, qui leur réclament pas moins de 3,55 millions $.

«C’est une situation très difficile pour les parents, l’événement a eu un impact dramatique sur leur vie», a expliqué Me Jonathan Gottlieb, qui représente les parents du bébé secoué quand il avait seulement 18 mois. Comme la petite était mineure, il est interdit de l’identifier.

Le drame s’est déroulé en mars 2014 dans la garderie Les petits anges de LaSalle appartenant à Dimandja Kakesse, indique la poursuite civile. Tout semblait bien aller jusqu’à l’heure du lunch quand Gorette Masuemba, l’employée accusée, aurait appelé les parents.

«Elle explique que l’enfant vomit par la bouche et les narines et qu’elle éprouve de la difficulté à respirer», peut-on lire dans le document de cour.

Étrangement, Mme Masuemba aurait refusé d’appeler une ambulance. C’est la mère qui a dû composer le 911.

Lésions graves

Rendus à l’hôpital, les parents ont reçu un pronostic sombre des médecins. «Les lésions étaient tellement sévères que les médecins traitants ont avisé les parents que la petite ne survivrait probablement pas, indique la poursuite. De plus, ils sont informés, à leur grande horreur, que l’enfant a été victime du “syndrome du bébé secoué” alors qu’elle était à la garderie.»

Pendant quatre mois, la petite a été traitée d’abord à l’hôpital, puis dans un centre de réadaptation. Mais même si elle a survécu, les lésions sont devenues permanentes.

Elle est pratiquement aveugle et souffre entre autres d’importants problèmes de motricité et de développement, indique la poursuite civile. À long terme, il est «certain» que l’enfant maintenant âgé de quatre ans devra vivre avec des handicaps, peut-on lire dans la poursuite.

«Cela va affecter son habilité de réussir à l’école, son habilité d’obtenir un emploi rémunéré, ses habilités sociales et sa vision», indique la poursuite.

Dédommagement

Pour Me Gottlieb du bureau Kugler Kandestin, ces conséquences justifient la réclamation de 3,55 millions $, principalement pour la petite, mais aussi pour tous les dommages que les parents ont subis.

Ils se réservent également le droit de réclamer encore plus d’argent à Dimandja Kakesse et Gorette Masuemba, selon l’évolution du dossier.

À moins d’un règlement à l’amiable, la demande civile sera présentée à un juge d’ici les prochaines semaines.

Au niveau criminel, Gorette Masuemba et Dimandja Kakesse reviendront à la cour en mai, pour leur enquête préliminaire.

Lorsque «Le Journal de Montréal» s’est présenté à la garderie mercredi, elle était fermée. Il a été impossible de joindre Mme Masuemba et les parents de l’enfant.

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.