/news/currentevents

Alerte à la bombe visant des musulmans à l’Université Concordia

Maxime Deland | Agence QMI

 - Agence QMI

Trois bâtiments du centre-ville de Montréal de l’Université Concordia ont été évacués d’urgence, mercredi, en raison de menaces à la bombe visant des musulmans.

Le courriel menaçant a été envoyé à certains médias et à l’université par une personne ou un groupe d’individus appelé «Conseil des citoyens conservateurs du Canada».

Le message renferme des menaces visant directement les musulmans. Le groupe affirme notamment qu’il prévoit faire exploser quotidiennement des bombes artisanales dans les endroits où se rassemblent souvent les musulmans.

«Maintenant que le président Trump est en poste au sud de la frontière, les choses ont changé. Nous ne tolérerons plus votre comportement», écrit le groupe en s’adressant aux étudiants musulmans de l’Université Concordia.

Le groupe dénonce les «prières du vendredi» et les discours «anti-chrétiens et anti-juifs» de la part de certains étudiants musulmans. «Tant et aussi longtemps que l’Université Concordia ne mettra pas fin à toutes les activités religieuses sur le campus, nous avons pris une décision pour montrer jusqu’où nous sommes prêts à aller pour combattre les musulmans», peut-on lire dans le courriel.

Le groupe a fait savoir qu’il entendait faire exploser des engins explosifs artisanaux une fois par jour sur le coup de 14h entre le 1er et le 3 mars. «Les bombes ne sont pas destinées à tuer des gens. Le but principal est de blesser des étudiants musulmans. Malheureusement, des non-musulmans pourraient être victimes de dommages collatéraux», écrit le Conseil des citoyens conservateurs du Canada.

Devant la menace, la direction de l’université a ordonné à 11 h 30 l’évacuation des pavillons EV et Henry F. Hall. Puis, à 12h30, le pavillon Guy-De Maisonneuve a lui aussi été évacué par mesure préventive.

«Tous les cours de l’après-midi sont annulés, mais ils vont reprendre à 18h. Si vous êtes dans le secteur, évitez ces bâtiments jusqu’à nouvel ordre», a écrit en anglais l’établissement universitaire sur son site internet, ainsi que sur Twitter.

Maîtres-chiens

De nombreux policiers ont été dépêchés sur le campus de l’établissement universitaire afin d’entamer des vérifications.

«Les recherches effectuées par les policiers et les maîtres-chiens à l’intérieur des bâtiments à risque n’ont pas permis de trouver quoi que ce soit de suspect», a indiqué l’agent Benoit Boisselle, porte-parole de la police de Montréal.

L’opération policière a donc pris fin un peu avant 14h30. Les activités normales ont repris à 18h.

Une enquête a été ouverte pour tenter de retrouver le ou les auteurs du courriel. Aucune arrestation n’a encore été effectuée concernant cette affaire.

L’alerte à la bombe est survenue au moment où l’Association des étudiants musulmans de Concordia tient ces jours-ci sa semaine de sensibilisation à l’islam.

Par ailleurs, les autorités ont révélé que l’Université McGill a elle aussi reçu un courriel menaçant similaire, mais qu’aucune évacuation n’a été jugée nécessaire.

Une action dénoncée

En point de presse en début d’après-midi, le recteur de l’Université Concordia, Alan Shepard et la ministre responsable de l’Enseignement supérieur, Hélène David, ont vivement dénoncé cette action visant une université «très accueillante et très inclusive».

Bomb threat against Muslims at concordia #montreal #Concordia

Une publication partagée par MO#33 (@mosenior33) le

«Nous déplorons fermement avec tous les mots possibles cet acte criminel qui est de menacer une université qui est aussi inclusive, aussi bien intégrée dans la société (...) Cette université est un modèle du vivre ensemble», a lancé la ministre sur un ton sévère.

Le recteur et la ministre David ont voulu se faire rassurants, mentionnant qu’ils étaient en communication constante avec l’Association des étudiants musulmans de Concordia et avec le Service de police de la Ville de Montréal.

Dans la même catégorie