/news/law

L'écrivain jeunesse Maxime Roussy en prison pour cinq ans

Michaël Nguyen | Agence QMI

MARTIN ALARIE/JOURNAL DE MONTRÉAL/AGENCE QMI

L’écrivain jeunesse Maxime Roussy a non seulement écopé de cinq ans de pénitencier pour des agressions sexuelles sur une jeune lectrice, mais ses livres seront en plus retirés de la circulation.

«[Roussy] a abusé de l’admiration que lui portait la victime et du climat de confiance qui s’était installé entre eux, il s’est laissé aller à une déviance pédophilique», a affirmé la juge Dominique Joly avant de condamner l’écrivain déchu.

Pendant cinq ans, de 2006 à 2011, Roussy avait profité d’une jeune lectrice pour assouvir ses fantasmes sadomasochistes. La victime avait 11 ans lorsqu’elle avait rencontré Roussy dans un salon du livre.

Rapidement, les échanges entre la jeune fille et l’écrivain maintenant âgé de 41 ans ont tourné vers la sexualité.

«Les échanges se font de la maison de l’accusé alors que sa conjointe et les enfants sont couchés», a rappelé la juge.

Deux ans plus tard, les agressions sexuelles commençaient.

«[Roussy] m’a initiée à un modèle sexuel déviant, il m’a corrompue, il a gâché mon adolescence», a expliqué la victime, qui ne peut pas être identifiée sur ordre de la cour.

Même s’il a toujours contesté sa culpabilité, il a finalement été déclaré coupable de leurre, de contacts sexuels, d’incitation à des contacts sexuels, d’agressions sexuelles armées, et enfin, de possession et production de pornographie juvénile.

Livres retirés

Durant son séjour au pénitencier, Roussy pourra faire une croix sur les redevances sur ses livres. Selon la juge, son éditeur a annoncé qu’il détruira les exemplaires restants de ses livres.

Les distributeurs vont arrêter de commercialiser ses livres.

Et une fois sorti de prison, les problèmes de Roussy ne se termineront pas. La juge a ordonné qu’il soit inscrit au registre des délinquants sexuels pour le reste de sa vie, en plus de lui imposer de strictes conditions une fois libéré. Ainsi, pendant 10 ans, il lui sera interdit de se trouver dans des lieux où peuvent se trouver des jeunes de moins de 16 ans, et il ne pourra pas accepter d’emploi le mettant en situation d’autorité avec des jeunes. Même son utilisation d’internet sera limitée.

Roussy a écouté toutes ces conditions la tête basse, sans dire un mot, avant de prendre le chemin de la détention. Considérant la détention préventive, il lui reste 55 mois et 20 jours à purger.

Dans la même catégorie