/news/society

Les dépanneurs veulent vendre de l’alcool jusqu’à 3h

TVA Nouvelles

Des propriétaires de dépanneurs et d’épiceries réclament le droit de vendre de l’alcool jusqu’à 3 h du matin au Québec pour concurrencer les bars et les restaurants.

L’Association des détaillants en alimentation (ADA) représente entre autres des dépanneurs ouverts en tout temps.

«Le gouvernement, par le passé, dans différentes révisions réglementaires, a parlé d’équité entre les réseaux, souligne Pierre-Alexandre Blouin, porte-parole de l’ADA. Il a été question de la taxation, qui a été abaissée pour les bars et les restaurants. De la même façon, on se pose la question : quelle est la différence entre vendre une bouteille de bière à 22h30 ou à 23h30?»

Il souligne qu’il n’y a pas une énorme différence entre un client qui boit jusqu’à 3 h dans un bar et un autre qui achète une caisse pour boire chez lui.

«Si un commerçant consciencieux est prêt à respecter des critères donnés, pourquoi est-ce qu’on l’empêche de vendre?», se questionne-t-il. «Il y a des projets-pilotes qui se développent à Montréal, dans certains quartiers, pour permettre à des bars d’ouvrir jusqu’à 6 h du matin», soulève M. Blouin.

Il dit ne pas craindre pour la sécurité de ses membres si des clients de bars déjà en état d’ébriété sortent d’un établissement licencié pour aller faire des provisions d’alcool dans un dépanneur.

«Le client pourrait venir acheter autre chose et être dans le même état. Qu’il achète ou non de l’alcool, ce n’est pas le facteur, estime M. Blouin. On a des dépanneurs qui sont ouverts toute la nuit et ils arrivent à gérer le niveau de risques associés avec cette clientèle-là.»

Dans la même catégorie