/news/law

Bertrand Charest : hébéphile en série?

TVA Nouvelles

L’ex-entraîneur de ski Bertand Charest accusé de 57 chefs d'agression sexuelle sur des adolescentes, n’aurait jamais forcé physiquement les jeunes filles à faire ce qu’il désirait.

L’adolescente qui a témoigné mardi a d’ailleurs déclaré lors de son témoignage: qu’«il ne m’a jamais forcé physiquement, j’ai toujours pensé que c’était du consentement».

S’agissait-il toutefois d’un réel consentement? L’expert psycholégal Hubert Van Gijseghem a répondu aux questions de Jean-François Guérin dans le cadre de l’émission Le 9H à LCN.

Q: Peut-on parler de manipulation même si une victime affirme n’avoir jamais été forcée?

R: Bien sûr que c’est de la manipulation c’est du machiavélisme. On sait très bien que beaucoup de prédateurs au sens large du terme utilisent cette stratégie de la manipulation. Ils laissent toujours croire à la victime qu’elle est tout à fait partie prenante et qu’il y a un consentement. Ce sont des caractéristiques typiques de ce genre de personne.

Q: Dans ce cas-ci, on a une relation d’autorité. Charest se décrivant lui-même comme le «Wayne Gretzky des entraîneurs de ski». Il avait un ascendant sur les jeunes femmes qu’il entraînait dont plusieurs pensaient certainement que leur carrière dépendait de Bertrand Charest.

R: Ce qu’on voit c’est un grand narcissisme, il se croit vraiment grandiose. Dans un cas pareil, on peut vraiment parler d’un genre de ''hébéphilie en série''. Contrairement aux pédophiles, qui sont attirés par des enfants prépubères,  les hébéphiles sont attirés par des jeunes adolescents et même éventuellement les préadolescents. Sa plus jeune victime semble avoir 12 ans.

Ce genre de personne est souvent attiré vers les sports, surtout les sports individuels de haute performance, où l’on retrouve un genre de proximité entre le coach et le sportif. Il y a une grande relation de confiance, d’intimité, de pouvoir, et d’emprise.

Les jeunes en raison de leur âge sont très performants, mais également à cause de leur âge, très immatures, donc vulnérables. Ils tombent facilement dans le «plat» d’une relation fusionnelle et de symbiose, dont ils ont d’ailleurs grand besoin parce que le stress est immense dans ce genre de sport individuel. Les jeunes ont besoin d’être rassurés et si leur idole s’intéresse sexuellement à eux, ils sont des proies faciles.

Q: Quelles sont les conséquences pour les victimes, une disait avoir eu des idées suicidaires...

R: Il s’agit d’une trahison absolument épouvantable pour elles. Une des victimes disait que ses performances sportives avaient fléchi immédiatement et c’est compréhensible. Lorsque le lien de coaching n’est plus vertical, mais devient horizontal (égalitaire) le sport est foutu et il n’en reste plus rien.

Dans la même catégorie